Podcasts sur l'histoire

Lettre du président Kennedy au président Khrouchtchev Washington, 3 novembre 1962. - Histoire

Lettre du président Kennedy au président Khrouchtchev Washington, 3 novembre 1962. - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Lettre du président Kennedy au président KhrouchtchevWashington, 3 novembre 1962


CHER MONSIEUR. LE PRÉSIDENT : Je tiens à vous remercier pour votre lettre du 30 octobre./1/ Je ne commente maintenant que le problème soulevé dans votre lettre qui concerne l'affaire cubaine.
/1/Document 71.
En ce qui concerne la quarantaine sur les envois à destination de Cuba, j'espère que les Nations Unies pourront conclure rapidement des arrangements qui permettraient sa suppression. Nous avons été heureux d'accepter votre suggestion que le Comité international de la Croix-Rouge se charge de l'inspection. Vous savez bien sûr que le premier ministre Castro a annoncé son opposition aux mesures de vérification sur le territoire de Cuba. S'il maintenait cette position, cela poserait de très graves problèmes. En ce qui concerne les expéditions entrantes, je comprends que des efforts sont faits pour que la Croix-Rouge internationale prenne les mesures nécessaires en mer et j'espère que celles-ci seront couronnées de succès. En attendant, peut-être que l'existence de la quarantaine pourra aider M. Mikoyan dans ses négociations avec le premier ministre Castro. Je voudrais également souligner que dans un effort pour faciliter les choses, j'ai chargé notre délégation à New York d'informer votre représentant là-bas, M. Kuznetsov, que pendant les prochains jours, tout navire soviétique dans la zone de quarantaine passerait sans inspection et seule la procédure d'appel qui a été effectuée dans le cas de votre navire, le Bucarest, serait appliquée.
J'espère que nous pourrons régler cette question urgente rapidement afin que nous puissions passer dans une meilleure atmosphère aux questions plus larges. Nous devons tous les deux faire de notre mieux à cette fin.
Sincèrement,