Podcasts sur l'histoire

Vincent Hartnett

Vincent Hartnett


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Vincent Hartnett était un employé de l'agence Phillips H. Lord, une maison de production de programmes radio indépendante qui avait des opinions de droite. En 1947, Roy Brewer, un ami proche de Ronald Reagan, a été nommé au Motion Picture Industry Council. Brewer a par la suite commandé un livret intitulé Canaux rouges. Publié le 22 juin 1950 et rédigé par Hartnett et Ted C. Kirkpatrick, un ancien agent du FBI, il énumérait les noms de 151 écrivains, réalisateurs et interprètes qui, selon eux, avaient été membres d'organisations subversives avant la Seconde Guerre mondiale mais n'avaient pas jusqu'à présent mis sur liste noire.

Les noms inclus dans Red Channels avaient été compilés à partir de diverses sources, notamment un journal de droite, Counterattack, des fichiers du FBI et une analyse détaillée des Travailleur de tous les jours, un journal publié par le Parti communiste américain. Un exemplaire gratuit a été envoyé aux personnes impliquées dans l'emploi des personnes dans l'industrie du divertissement. Toutes les personnes nommées dans la brochure ont été mises sur liste noire jusqu'à ce qu'elles se présentent devant le House of Un-American Activities Committee (HUAC) et convainquent ses membres qu'ils ont complètement renoncé à leur passé radical.

Les personnes répertoriées dans Red Channels comprenaient Larry Adler, Stella Adler, Leonard Bernstein, WB, Marc Blitzstein, Joseph Bromberg, Lee J. Cobb, Aaron Copland, John Garfield, Howard Da Silva, Dashiell Hammett, EY Harburg, Lillian Hellman, Burl Ives, Zero Mostel, Arthur Miller, Betsy Blair, Dorothy Parker, Joseph Losey, Anne Revere, Pete Seeger, Gale Sondergaard, Howard K. Smith, Louis Untermeyer et Josh White.

Marsha Hunt était une autre personne nommée dans Canaux rouges: "Eh bien, ça a mis fin à ma carrière. Canaux rouges est sorti à l'été 1950, alors que - comment est-ce pour l'ironie? - J'étais à Paris invité à dîner par Eleanor Roosevelt. Canaux rouges concernait entièrement le domaine de la radiodiffusion. L'industrie cinématographique a ensuite eu ses propres listes de victimes. Canaux rouges m'a inclus parce qu'on m'avait offert mon propre talk-show télévisé. J'avais eu une chance de débutant à la télé, étant, comme vous pouvez le voir, très volubile. J'avais participé à plusieurs des premiers talk-shows avec des gens comme George S. Kaufman et Marc Connelly, des gens brillants et articulés. Et j'avais actuellement beaucoup de succès à Broadway, ayant joué dans Joie au monde avec Alfred Drake et Le disciple du diable avec Maurice Evans en 1950... Ils avaient répertorié plusieurs affiliations sous mon nom - certaines dont je n'avais jamais entendu parler, des mensonges complets. L'un, je pense, m'a fait assister à une conférence de paix à Stockholm. Je n'étais jamais allé à Stockholm, ni à une conférence de paix. Les autres étaient des activités innocentes qui Canaux rouges vu avec méfiance."

Le mari de Hunt, Robert Presnell Jr., n'a jamais été mis sur liste noire et n'a pas été empêché de travailler : « Je ne pense pas que j'aurais pu survivre sans être marié. Inexplicablement, Robert n'a pas été mis sur liste noire. Je ne peux pas vous dire pourquoi. Il était certainement plus franc-parler. dans ses déclarations politiques et son indignation à propos de ce qui se passait, et a apprécié un bon argument. Il était sans aucune sorte de discrétion politique. Et pourtant, il a continué à travailler. Dieu merci. Il n'a jamais été un scénariste à haut salaire, mais il a travaillé. ... Moi, pour continuer à fonctionner, je faisais des pièces en stock. J'ai joué vingt ou trente pièces différentes à travers le pays dans les années 50 et 60. Ce n'était pas très gratifiant financièrement, car il fallait passer une semaine à répéter puis une semaine en jouant."

Raymond Gram Swing était un adversaire farouche de Joseph McCarthy et sur les conseils d'Edward R. Murrow et Hans von Kaltenborn, il a accepté de débattre avec Ted C. Kirkpatrick, le co-auteur de Canaux rouges, au Radio Executives Club le 19 octobre 1950. « Je serai bref en donnant les raisons pour lesquelles je crois que l'approche de Canaux rouges est totalement anti-américain. C'est un livre compilé par des personnes privées pour être vendu à profit, qui énumère les noms de personnes pour aucune autre raison que de les suggérer comme ayant des liens communistes d'une portée suffisante pour les rendre inacceptables pour la radio américaine. La liste a été établie à partir de rapports, de déclarations de journaux et d'en-têtes, sans vérification, sans vérification des preuves, et sans audition de quiconque dont le nom est inscrit. Il n'y a aucune tentative d'évaluer la nature des connexions communistes. Un certain nombre d'organisations sont citées comme celles avec lesquelles la personne est affiliée, mais sans aucune déclaration quant à la nature de l'association. »

Philip Loeb faisait partie de ceux qui avaient été répertoriés et a par conséquent perdu son emploi dans la série télévisée hebdomadaire la mieux notée, Les Goldberg. Lorsqu'il réussit à trouver du travail en 1953, Harnett publia un autre article sur les opinions politiques de Loeb dans Le Mercure américain. Lorsque Loeb s'est suicidé, Harnett a été blâmé pour sa mort.

Hartnett a également formé Aware, qui a publié une série de bulletins qui ont été distribués aux dirigeants de l'industrie. L'organisation a été financée par Lawrence A. Johnson, propriétaire d'une chaîne de supermarchés à Syracuse. Selon Victor S. Navasky, l'auteur de Nommer des noms (1980) : « Étant donné qu'environ 60 % des revenus publicitaires télévisés provenaient de produits vendus dans les supermarchés, la campagne de Johnson a été efficace. »

En 1955, John Henry Faulk découvrit qu'Aware l'avait qualifié de communiste en raison de son implication dans te syndicat de la Fédération américaine des artistes de la télévision et de la radio. Avec les encouragements et le soutien financier d'Edward R. Murrow, Faulk a poursuivi Hartnett et Johnson. Faulk a engagé l'avocat new-yorkais Louis Nizer pour prendre son cas tandis que Roy Cohn a comparu pour la défense.

Après un long délai, le procès s'est finalement ouvert le 23 avril 1962, devant la Cour suprême de l'État de New York, présidée par le juge Abraham Geller. Au cours du procès, l'avocat de Faulk, Nizer, a prouvé l'existence de la liste noire et son impact négatif sur le niveau de vie de Faulk. Le procès s'est terminé par une récompense du jury de 3,5 millions de dollars, la plus grande récompense pour diffamation de l'histoire juridique des États-Unis à cette époque. Les appels des défendeurs ont entraîné la réduction des dommages-intérêts à 500 000 $.

Le co-accusé Lawrence A. Johnson est décédé le jour où le verdict a été rendu, forçant le tribunal à nommer un administrateur temporaire. Faulk a finalement réglé à l'amiable la succession de Johnson pour 175 000 $. Le co-accusé Vincent Hartnett est devenu démuni au cours du procès et de la procédure d'appel, ce qui a rendu difficile pour Faulk de percevoir des dommages-intérêts.

En 1962, John Henry Faulk a reçu 3,5 millions de dollars (plus tard réduit à 550 000 $) dans son procès en diffamation de six ans contre ses listes noires - le fanatique Lawrence A. Johnson, propriétaire d'une chaîne de supermarchés à Syracuse, New York, qui avait monté une campagne basé en grande partie sur du matériel de Counterattack et visant directement les sponsors, les agences et les réseaux pour les empêcher d'employer Faulk et d'autres "petits agents de Staline". Étant donné qu'environ 60 pour cent des revenus publicitaires télévisés provenaient de produits vendus dans les supermarchés, la campagne de Johnson a été efficace. Les autres accusés dans le procès de Faulk étaient l'anticommuniste professionnel Vincent Hartnett et son Aware, Inc., l'organisation qui a autorisé contre rémunération les artistes qu'elle a exposés.

Permettez-moi de commencer en disant que nous avons affaire à un problème non résolu. L'une des questions auxquelles nous devons répondre est de savoir si M. Kirkpatrick et ses associés et Canaux rouges sont la bonne façon de le résoudre. Permettez-moi d'énoncer le problème tel que je le vois. Il ne s'agit pas seulement de protéger le public américain d'une infiltration communiste insidieuse et dissimulée dans l'industrie de la radio. Il est évident que cela en soi est une nécessité indéniable de la plus grande urgence et importance. Mais il y a aussi le besoin de protéger les normes américaines et la liberté américaine, à la fois dans la radio en tant qu'employeur et à travers la radio en tant qu'instrument de survie démocratique. Il ne doit pas y avoir d'influence communiste dans la radio américaine. Mais il ne doit pas non plus y avoir le moindre affaiblissement de l'américanisme authentique en empêchant l'influence communiste.

Je serai bref en expliquant pourquoi je pense que l'approche de Canaux rouges est totalement anti-américain. Un certain nombre d'organisations sont citées comme celles avec lesquelles la personne est affiliée, mais sans aucune déclaration quant à la nature de l'association.

De plus, en plus de Canaux rouges et la lettre d'information Contre-attaque qui l'a publié, les associés de Kirkpatrick offrent aux employeurs un service dit de filtrage, par lequel ils leur diront si les noms de leurs employés figurent sur l'une de leurs listes. Ainsi, une entreprise rentable est mise sur pied, ce qui fait tout un mal de prétendre aider à garder la radio américaine en toute sécurité par ces manières négligées et étrangement anti-américaines.

Je pourrais utiliser une grande partie de mon temps pour démontrer que Canaux rouges est unilatérale dans des détails importants. Il y a des cas d'inexactitudes que je n'essaierai pas d'énumérer. Je ne veux pas que vous pensiez que si M. Kirkpatrick et ses associés étaient plus habiles, je les approuverais. Je ne le ferais pas.

Le point que je veux faire est que Canaux rouges ne montre pas qu'il y ait un danger clair et présent pour le peuple des États-Unis si les personnes qu'il énumère travaillent à la radio américaine. Et prouver que c'est, je crois, la seule raison légale ou éthique qui peut être avancée en Amérique pour ne pas employer ces personnes. La technique utilisée est celle du frottis de couverture, contre lequel, comme vous les experts en relations publiques l'apprécierez, il n'y a pas de désinfectant ou de déodorant adéquat. Une personne une fois nommée, aussi innocente soit-elle, ne peut jamais être tout à fait débarrassée de la souillure, la souillure non de sa culpabilité, mais du fait qu'elle a été nommée. C'est le pouvoir des personnes utilisant ces méthodes qu'une once d'insinuation l'emporte sur une tonne de fait. C'est une condamnation par un comité privé sans même un procès. Certaines personnes sont déclarées coupables sans peser les preuves puis punies à perpétuité sans possibilité de réparation suffisante même si le tort le plus flagrant a été commis...

Permettez-moi de souligner que Red Channels est en grande partie une compilation des artistes du spectacle. Il y a peu de commentateurs (et puis-je dire que les deux que je connais le mieux ne devraient pas du tout être répertoriés, et c'est un scandale qu'ils le soient).

En réalité Canaux rouges n'est guère plus qu'une liste noire de ces artistes qui emprunte une dignité à laquelle elle n'a pas droit car elle joue sur le danger bien réel et actuel pour l'Amérique de l'influence communiste sur la vie politique américaine. Parce que le communisme est un danger, Canaux rouges semble rendre un service public. Le fait est que Canaux rouges n'occupe vraiment pas beaucoup plus que la catégorie la plus faible du danger, la catégorie des artistes interprètes, et ne fait même pas référence aux troisième et quatrième catégories que j'ai nommées.

Je dois mentionner que M. Kirkpatrick et ses associés ont le soutien d'un comité qui peut recruter des épistoliers et des téléphonistes pour dénoncer l'apparition de personnes sur liste noire à l'antenne, ils peuvent inonder un standard radio d'appels téléphoniques protestataires, ils peuvent prétendre qu'ils représentent une grande partie du public. Et si un directeur de radio ou une agence de publicité est pressé par le temps et a peur d'offenser une partie importante du public qui l'écoute, il peut être tenté de se dérober à sa propre responsabilité de rechercher lui-même la vérité.

Rien de plus facile que de rassembler un petit groupe d'un fanatisme identique et des mêmes haines politiques, et de produire des appels téléphoniques et des lettres par dizaines. Tout le monde à la radio le sait. Chaque membre du Congrès le sait. C'est une des réalités de la vie d'une démocratie. Et ce n'est, comme je l'ai dit, rien de nouveau en Amérique.

Mais permettez-moi de répéter que le groupe de pression n'est pas un danger pour la vie américaine, pas plus que la liste noire. Le danger de ceux-ci n'est pas qu'ils existent, mais que ceux qui ont été investis du pouvoir de protéger l'Amérique cèdent une partie de leur pouvoir à des groupes de pression et à des listes noires. La faiblesse de la démocratie américaine viendrait de ceux qui, ayant reçu la responsabilité de l'une des institutions les plus vitales de l'Amérique, sans le vouloir, ou négligemment, ou timidement, cèdent une partie de leur autorité à des personnes qui n'y ont pas droit. Que le danger du communisme soit affronté, non par le recours à des armes furtives, non par des listes noires, non par des accusations non ventilées et souvent inexactes, mais ouvertement et avec une foi courageuse dans le respect de la légalité, la foi en une civilisation qui protège pleinement les droits libres de l'individu.


Canaux rouges

Canaux rouges : le rapport de l'influence communiste à la radio et à la télévision était un document anticommuniste publié aux États-Unis au début des années 1950. Publié par le journal de droite Contre-attaque le 22 juin 1950, le livre de style brochure nomme 151 acteurs, écrivains, musiciens, journalistes de radiotélévision et autres dans le contexte d'une prétendue manipulation communiste de l'industrie du divertissement. Certains des 151 personnes se sont déjà vu refuser un emploi en raison de leurs convictions politiques, de leur histoire ou de leur association avec des subversifs présumés. Canaux rouges effectivement placé le reste sur une liste noire.


Avis de décès

4 mai 1921 - 20 novembre 2018

Date d'entretien 20 novembre 2018

Messe de l'enterrement chrétien: 10 h Mercredi 28 novembre 2018, La Chapelle du Bon Pasteur Communauté Catholique.

Inhumation: Cimetière de Bear Creek.

Mémoriaux: Si des amis le souhaitent, des mémoriaux peuvent être remis à Catholic Charities, 249 Thornhill Dr., Fort Worth, TX 76115 (www.catholiccharitiesfortworth.org) ou The Building Fund of Good Shepherd Catholic Community, 1000 Tinker Rd, Colleyville, TX 76034 (www .gscc.net).

“Et Il vous élèvera sur des ailes d'aigle’Et vous tiendra dans la paume de Sa main.”

Richard Vincent “Dick” Hartnett, un mari, un père et un grand-père aimants est décédé de ce monde le 20 novembre 2018.

Richard Vincent est né le 4 mai 1921 à Kansas City, MO, le plus jeune des cinq fils de John Joseph et Margaret Ellen Driscoll Hartnett. Il a fréquenté l'école secondaire catholique LaSalle et s'est enrôlé dans la marine américaine pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a été choisi comme candidat officier et a été envoyé à l'Université de Washburn. Plus tard, lorsqu'on lui a posé des questions sur son service, il a proclamé qu'il avait fièrement servi dans l'U.S.S. Washburn.

C'est à Kansas City qu'il a rencontré sa femme, Catherine Stephenson, et ils se sont mariés le 14 septembre 1946. Il est passé de Ford Motor Co. à Kansas City à Convair, plus tard General Dynamics, à Fort Worth en 1956. À la fin de sa carrière en 1976, il a pris sa retraite en tant que directeur général des contrats et de la logistique. Richard a continué à rester actif en tant qu'investisseur dans diverses entreprises.

Dick et Catherine ont déménagé à Colleyville en 1991. Ils étaient membres fondateurs de la communauté catholique du Bon Pasteur, où il était actif dans la planification et le développement de l'église. Dick était un passionné de golf et de plein air. Il était aimé de ses nombreux amis et était particulièrement fier de ses enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants.

Richard a été précédé dans la mort par son épouse de 71 ans, Catherine, leur fils, Stephen, et ses quatre frères, John, Driscoll, Bernard et Jim, et laisse dans le deuil son fils, Dick Hartnett et épouse, fille de Glenna, Patricia Hartnett Brown et époux, belle-fille Scott, petits-enfants de Sandy Hartnett, Erin Hartnett Lewis et époux, Adrian, John Hartnett et épouse, Christine, Andrew Brown, Catherine Brown Davenport et époux, Todd, Dionne Hartnett et Taylor Hartnett arrière-petits-enfants, Austen et Ethan Lewis, Rosemary Hartnett et Brooks Davenport.


Vincent W. Hartnett, Jr.

Penske Logistique, Inc.
Penske Logistique LLC

Vice-président exécutif des opérations chez Penske Logistics, Inc.

Probabilité de relation : forte

Président de Penske Logistics, Inc.

Probabilité de relation : forte

Vice-président principal des finances chez Penske Logistics, Inc.

Probabilité de relation : forte

Directeur général de la région Amérique du Sud chez Penske Logistics, Inc.

Probabilité de relation : forte

Senior Vice President-Enterprise Solutions chez Penske Logistics, Inc.

Probabilité de relation : forte

Directeur général-Mexique chez Penske Logistics, Inc.

Probabilité de relation : forte

Vice-président senior des ressources humaines chez Penske Logistics, Inc.

Probabilité de relation : forte

Vice-président principal chez Penske Truck Leasing Co. LP

Probabilité de relation : forte

Senior Vice President-Global Products chez Penske Logistics, Inc.

Probabilité de relation : forte

Vice-président principal des ventes mondiales chez Penske Logistics, Inc.

Probabilité de relation : forte

Révélez des informations plus approfondies sur les relations de votre organisation
avec RelSci Contact Aggregator.

Renforcez vos applications d'entreprise avec le leader de l'industrie
Données de relation de l'API RelSci.

Obtenez des informations de contact sur le
Décideurs les plus influents au monde.

Découvrez la puissance de votre réseau avec
Produits RelSci Premium.

L'Université Fordham est une université de recherche mixte privée à but non lucratif basée à New York, aux États-Unis. Il a été fondé par le diocèse catholique de New York en 1841 sous le nom de St. John's College, placé sous la garde de la Compagnie de Jésus peu de temps après, et est depuis devenu une institution indépendante dirigée par un conseil d'administration laïc, qui décrit l'université. comme « dans la tradition jésuite ». Fordham est composé de dix collèges constitutifs, dont quatre pour les étudiants de premier cycle et six pour les étudiants de troisième cycle. Il accueille environ 15 000 étudiants sur trois campus de l'État de New York : Rose Hill dans le Bronx, Lincoln Center à Manhattan et Westchester à West Harrison. En plus de ces campus, l'Université possède un centre d'études à l'étranger au Royaume-Uni et des bureaux extérieurs en Espagne et en Afrique du Sud. Fordham décerne le baccalauréat ès arts, le baccalauréat ès sciences et le baccalauréat en beaux-arts, ainsi que divers diplômes de maîtrise et de doctorat.

Penske Logistics, Inc. fournit des services de logistique et de gestion de la chaîne d'approvisionnement. Elle propose des solutions d'optimisation d'entreposage et de distribution, d'optimisation du transport et de gestion de la chaîne d'approvisionnement. L'entreprise dessert les secteurs des produits de consommation, de l'alimentation et des boissons, de la fabrication industrielle, de l'automobile, de la santé et des produits pharmaceutiques, de la haute technologie et de l'électronique, de la vente au détail, de la chimie, de l'édition et de l'emballage. La société opère à travers ses bureaux en Asie, en Europe, en Amérique du Nord et en Amérique du Sud. Penske Logistics a été fondée en 1969 et son siège est à Reading, en Pennsylvanie.

The Hertz Corp. fournit des services de location de voitures. Il loue diverses marques et modèles de voitures, multisegments et camions légers à l'heure, à la journée, au week-end, à la semaine, au mois ou sur plusieurs mois, principalement aux voyageurs individuels, aux grandes entreprises, aux gouvernements et à d'autres organisations via un réseau d'aéroports de location exploités par l'entreprise et les emplacements hors aéroport, ainsi que les emplacements franchisés. L'entreprise vend également des voitures d'occasion par l'intermédiaire d'un réseau de points de vente de voitures exploités et fournit des services de location et de gestion de flottes pour les flottes d'entreprise. Elle loue également des équipements, tels que des équipements de terrassement, des équipements de manutention, des équipements aériens et électriques, des compresseurs d'air, des pompes, des générateurs, des petits outils, des équipements de compactage, des camions de construction et des produits d'éclairage et aériens connexes. La société a été fondée en 1918 et a son siège à Park Ridge, NJ.

Ancien associé chez Obermayer Rebmann Maxwell & Hippel LLP

Président et chef de la direction du Comité d'action politique de l'industrie des affaires


Avis de décès

22 septembre 1923 - 25 novembre 2017

Date d'entretien 25 novembre 2017

Messe de l'enterrement chrétien : jeudi 30 novembre 2017 à 10 h, à la chapelle de l'église catholique du Bon-Pasteur.

Inhumation : Cimetière de Bear Creek.

Au lieu de fleurs, des contributions en son nom peuvent être faites à Catholic Charities, 249 Thornhill Drive, Fort Worth, Texas 76115 ou Good Shepherd Catholic Church, 1000 Tinker Road, Colleyville, Texas 76034.

“Et Il vous élèvera sur des ailes d'aigle’Et vous tiendra dans la paume de Sa main.”

Catherine Hartnett, une épouse aimante, une mère et Nana, est décédée de ce monde le 25 novembre 2017. Elle était très aimée et nous manquera beaucoup.

Catherine Marie Hartnett est née le 22 septembre 1923 de Robert Earl Stephenson et Catherine McCartney Stephenson à Brainerd, Minnesota. Elle a grandi à Fargo, dans le Dakota du Nord, a fréquenté la Sacred Heart Academy et a déménagé à Kansas City, dans le Missouri, pour fréquenter une école d'infirmières et obtenir son diplôme. C'est à Kansas City qu'elle a rencontré son mari, Richard Vincent Hartnett et ils se sont mariés le 14 septembre 1946. La famille a déménagé à Fort Worth en 1957 lorsque son mari, Dick, a trouvé un emploi chez Convair, plus tard General Dynamics. Ils sont devenus membres de la paroisse Saint-André et plus tard de Saint-Barthélemy. Ils ont ensuite déménagé à Colleyville et ont rejoint l'église catholique Good Shepherd.

Catherine aimait pêcher et trouvait de la joie au bord de l'eau. Elle aimait particulièrement l'océan dans la région de Big Sur/Carmel, et San Francisco était l'un de ses endroits préférés pour se retirer. Par-dessus tout, elle aimait le plus les moments passés avec ses enfants et petits-enfants.

Elle est précédée dans la mort par son fils, Stephen Hartnett.

Survivants : Son mari depuis 71 ans, Richard “Dick” Hartnett son fils, Richard “Dick” Hartnett et sa femme, Glenna sa petite-fille, Erin Lewis et son mari, Adrian, arrière-petits-fils, Austen et Ethan Lewis petit-fils, John Hartnett et sa femme, Christine, arrière-petite-fille, Rosemary sa fille, Patricia Brown et son mari, Scott, petit-fils, Andrew Brown, petite-fille, Catherine Davenport et son mari, Todd, et arrière-petit-fils, Brooks Davenport et belle-fille , Sandy Hartnett, petite-fille, Dionne Hartnett, et petit-fils, Taylor Hartnett.


Équipe de natation

2021 est la 33e saison de l'équipe de natation BHS et de l'entraîneur-chef Ed Tsuzuki.

Le record global de l'équipe est 360-209-7.

Championnats de section d'État du groupe C du Nord 2 :

Les champions de la division de la conférence Skyland :

Filles : 2012, 2013, 2017, 2019, 2020

Garçons : 2007, 2009, 2010, 2011, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020

Ryan Schuller, Sean Robinson, Matt Snyder et Bryce Lukacsko abaissent leur record scolaire au relais 200 Medley (1:37,89)
Matt Snyder bat le record de l'école au 100 mouches (51,98)
ÉVÈNEMENTS À VENIR

Fête de fin de saison (en plein air) !?

NOUS CONTACTER
Nouvelles de l'équipe
2021 : Filles 1-0 Garçons 0-0 Mixte 4-0
2020 : Filles : 10 -2 Garçons : 11 -2

Bernards a terminé 2021 avec une fiche de 5-0, la première saison complète sans défaite pour l'équipe de natation de Bernards High School! Bernards a infligé à Belvidere une défaite 110-60 et a battu deux records scolaires dans le processus. L'équipe de relais quatre nages composée de Ryan Schuller, Sean Robinson, Matt Snyder et Bryce Lukacsko a abaissé son propre standard qu'ils avaient établi plus tôt dans la semaine de 0,18 supplémentaire pour toucher le mur à 1:37,89 ! Matt a ensuite suivi cela avec une nage stellaire au 100 papillons, battant le record de Ben Baxter en 2016 (52,56) avec un 51,98 ! L'équipe mixte des Bernards a remporté 7 épreuves individuelles avec 7 nageurs différents. Thomas Ambelang (200), Sami Bender (IM - #10 de tous les temps), Bryce (50 - #7 de tous les temps), Matt (100 fly - nouveau record scolaire), Everett Bailey (500), Ryan (100 dos - #2 de tous les temps, ratant de peu le record de l'école par .04), et Sean (100 poitrine) ont chacun décroché l'or. Bernards a également remporté le relais 400 libre avec Alex Ruffer, Nina Marquard, Everett et Noah Youssef. Trevor Lukacsko (#14 à la volée) et Meghan Robinson (#18 à l'arrière) nageaient également sur la liste du Top 20.

Ryan Schuller, Sean Robinson, Matt Snyder et Bryce Lukacsko ont ouvert la rencontre virtuelle de Bernards & 39 (v Franklin) en établissant un nouveau record de Bernards High School dans le relais 200 QN avec un temps de 1:38,16, battant le record de 1 de l'année dernière : 39.24 (établi par Ryan, Sean, Joe Kiel et Matt lors de la rencontre des champions de l'année dernière). Les Bernards filles et garçons ont combiné pour leur 3e victoire étudiante de la saison en battant Franklin 98-70. Ryan (IM), Thomas Ambelang (50), Matt (fly), Meghan Robinson (500 - # 9 de tous les temps) et Noah Youssef (Back) ont remporté leurs épreuves individuelles. Grace Korey s'est améliorée à la 11e place au 500 m, Sean s'est améliorée à la 13e place au papillon et Bryce s'est améliorée dans 2 épreuves - au 5e au papillon et au 18e à l'arrière. En plus de l'effort, des médailles d'argent ont été remportées par Sami Bender (IM), Matt Giunta (50), Bryce (mouche), Maddie Kiel (100), Grace (500), Kurt Hunziker (sein) et les relais 200 et 400 libres. des équipes de Matt G, Caitlyn Sebastian, Gianna Lorenzo, Noah et Marion Doerr, Caitlyn, Meghan et Nicholas Snyder.

Bernards est restée invaincue alors que les filles ont battu Gill St. Bernards 92-76, remportant 6 épreuves dont les 2 relais de sprint. En tête avec 2 victoires individuelles, Sami Bender a remporté le 50 et le 100 libre et a également ancré le relais gagnant du 200 libre derrière Meghan Robinson, Cydney McGee et Katie Riegler. Meghan a également touché le mur en premier dans la messagerie instantanée et a rejoint Ashley Hartnett, Maddie Kiel et Grace Korey pour remporter le relais 200 QN. Grace a ajouté une autre médaille d'or aux Bernards en remportant le 500 libre. Alors que Gill remportait 5 épreuves, Bernards avait besoin de bons deuxièmes pour s'assurer la victoire. Ashley a ajouté 3 médailles d'argent à sa médaille d'or au 100 libre, au dos et au relais 400 libre - avec Grace, Maddie et Sami. Maddie (mouche), Meghan (sein) et Nina Marquard (200 libre) ont également accordé des points de deuxième place à Bernards. Le temps IM de Meghan la place à la 13e place du Top 20 de tous les temps BHS et son temps au sein la fait passer à la 6e place de tous les temps.

Bernards a poursuivi sa saison 2021 avec une autre victoire étudiante contre Voorhees 112-58 dans leur piscine à domicile – le Somerset Hills YMCA. C'était la première fois en 20 ans que Bernards nageait des Voorhees dans ce format mixte. Bernards a réussi à nager 34 nageurs sur leur liste de 40 personnes, dont 11 ont remporté des médailles d'or, dirigés par les doubles vainqueurs Everett Bailey, Matt Giunta, Grace Korey, Meghan Robinson, Alex Ruffer et Matt Snyder. Les gagnants des épreuves individuelles étaient Vincent Falivene, Ashley Hartnett, Meghan Lukacsko, Audrey Panik et Ryan Schuller. Les médaillés d'argent comprenaient Thomas Ambelang, Marion Doerr, Tara Hartnett, Keaton Haughan, Maddie Kiel, Bryce Lukacsko, Nina Marquard et Sean Robinson.

Bernards a finalement ouvert sa saison avec une victoire sur Somerville 111 -59. En raison de la petite taille de l'équipe de Somerville, la compétition était une compétition mixte - avec des filles et des garçons mélangés dans les mêmes événements. Bernards a commencé en équipe mixte et a nagé en équipe mixte pendant les 12 premières saisons ! Cette victoire a amélioré le record de victoires-défaites de l'équipe étudiante à 73-72-1.

Bernards a remporté les relais d'ouverture et de clôture ainsi que 7 épreuves individuelles - dirigées par le senior Matt Snyder qui a remporté à la fois le 100 papillon et le 500 libre. Les autres gagnants individuels étaient Ryan Schuller (IM), Bryce Lukacsko (50), Alex Ruffer (100), Ashley Hartnett (dos) et Meghan Robinson (sein). Ryan a amélioré sa place n ° 9 de tous les temps dans la messagerie instantanée et les étudiants de première année Ashley et Meghan ont tous deux fait la liste des 20 meilleurs de tous les temps BHS avec une place n ° 20 pour Ashley à l'arrière et une place n ° 9 pour Meghan dans la poitrine. La rencontre a commencé par une course très serrée entre 2 équipes de relais quatre nages Bernards alors qu'Ashley, Sean Robinson, Maddie Kiel et Bryce viennent de toucher Ryan, Meghan, Matt et Grace Korey de 0,02 seconde! Bernards a clôturé la compétition avec une victoire au relais 400 libre alors qu'Alex, Tara Hartnett, Marion Doerr et Vincent Falivene ont touché le mur en premier. Nina Marquard (200), Sean (IM et mouche), Vincent (50), Grace (500) et Nick Snyder (arrière) ont inscrit des points supplémentaires pour la deuxième place.

La saison 2021 a débuté malgré d'importantes annulations de neige et l'équipe de natation des Bernards est prête pour une action en double rencontre de la Conférence Skyland! Sans surprise, il y a beaucoup de changements cette saison en plus ou à cause de la pandémie, donc les concours de cette saison se déclineront en plusieurs variétés. Bernards aura une rencontre étudiante virtuelle (Franklin - 3/22), une rencontre étudiante en personne à l'extérieur (Somerville - 3/3), deux rencontres étudiantes en personne à domicile (Voorhees - 3/10 et Belvidere - 3/15 ), une rencontre à domicile pour filles en personne (Gill - 17/03/17), et terminera la saison avec une rencontre à l'extérieur en double duel (filles et garçons séparés) (Warren Hills - 27/3) ! Une bonne nouvelle, c'est que nous pouvons autoriser un nombre limité de spectateurs à nos rencontres à domicile ! C'est mieux que de ne pas avoir de saison, alors BHS va en tirer le meilleur parti !

Presque toutes les écoles de la division ont pu obtenir du temps de piscine. Les écoles participantes et leurs piscines à domicile sont répertoriées ci-dessous :

Belvidere (mixte) - Phillipsburg Elementary School

Bernards (filles et garçons) - Somerset Hills YMCA

Franklin (mixte) - Bridgewater YMCA (virtuel seulement)

Gill St. Bernards (Filles seulement) - Somerville YMCA

Somerville (mixte) - Somerville YMCA

Voorhees (mixte) - Flemington Healthquest (ne peut pas organiser de rencontres)

Warren Hills (filles et garçons) - Phillipsburg Elementary School

Avec des restrictions strictes sur la capacité du pont et de la piscine, ainsi que des créneaux horaires serrés, il est probable que de nombreuses compétitions devront être organisées en tant que réunions unisexes. Le calendrier est toujours en cours d'élaboration.

L'équipe de natation des Bernards a hâte de lancer enfin sa saison 2021 ! La NJSIAA a approuvé une saison écourtée (1er février au 27 mars) avec des rencontres commençant le 16 février. Il semble qu'il y aura jusqu'à 6 autres écoles participantes dans la division Valley de la conférence Skyland (Belvidere, Franklin, Gill St. Bernards , Somerville, Voorhees et Warren Hills), les protocoles de sécurité et les horaires des rencontres doivent encore être finalisés, mais les nageurs sont tous impatients de se remettre à l'eau en toute sécurité ! Restez à l'écoute pour plus de détails. Le calendrier est encore très provisoire.

La conférence Skyland a annoncé les sélections de toutes les conférences 2020. Dans la division Valley, Bernards a placé 6 filles et 7 garçons dans l'équipe d'étoiles comme suit :

Sami Bender (Fr) - 1ère équipe relais quatre nages, 100 libre, 400 relais libre

Clare Johnson (Sr) - 2e équipe 200 libre

Maddie Kiel (Jr) - 1er relais quatre nages

Grace Korey (Fr) - 1ère équipe relais quatre nages, 100 brasse, 400 relais libre

Nina Marquard (So) - 1ère équipe 400 relais libre

Izzy Piccone (Sr) - 1ère équipe relais quatre nages, 200 libre, 400 relais libre

Everett Bailey (So) - 2e équipe 500 libre

Vincent Falivene (Jr) - Mention honorable

Joe Kiel (Sr) - 1ère équipe relais quatre nages, 100 papillon, 200 relais libre, 400 relais libre

Bryce Lukacsko (So) - 1ère équipe 100 libre, 200 relais libre, 400 relais libre

Sean Robinson (Jr) - 1ère équipe relais quatre nages, 200 relais libre, 100 brasse

Ryan Schuller (So) - 1ère équipe relais quatre nages, relais 400 libre, 2ème équipe 100 retour

Matt Snyder (Jr) - 1ère équipe relais quatre nages, 500 libre, 200 relais libre, 400 relais libre

L'équipe masculine des Bernards composée de Ryan Schuller, Sean Robinson, Joe Kiel et Matt Snyder a établi un nouveau record scolaire au relais 200 QN avec un temps de 1:39,25 lors des préliminaires de la Rencontre des champions de la NJSIAA, ce qui leur a valu une (13e) place en finale . Sami Bender a également enregistré un record personnel au 200 libre (30e) et Joe Kiel's 50 libre, menant le relais 200 libre. Sami's 1:58.00 la fait passer du 20e au 6e sur la liste de tous les temps BHS et Joe's 50 le place à la 10e place. Bien qu'ils ne se soient pas qualifiés pour les finales (top 16), tous les nageurs ont terminé au-dessus de leur classement dans leurs épreuves individuelles : Matt Snyder 200 libre - 71e, 500 libre - 24e Ryan Schuller 100 dos - 40e et Sean Robinson 100 brasse - 20e. Bryce Lukacsko a été blessé et n'a pas pu participer à la compétition.

Les garçons Bernards sont tombés au sommet 72-98 lors de leur 4e finale de section d'État pour terminer leur saison à 11-2. The small squad of 14 boys all fought valiantly to the end, posting 17 best times, including a new BHS record and winning 5 events against a much larger team from Summit. Sean Robinson lowered his own school record in the 100 breaststroke with an incredibly fast 59.00. Bryce Lukacsko (50 free - #9 all-time). Joe Kiel (fly), Matt Snyder (500), and Ryan Schuller (back) each won their individual events and Sean, Joe, Bryce, and Matt grabbed the top spot in the 200 free relay.

Bernards will be sending 6 athletes to the Meet of Champions at GCIT on February 29-March 1. Sami Bender (200, 50), Sean Robinson (breast), Ryan Schuller (back), and Matt Snyder (200 and 500 free) have qualified in individual events and the boys will also compete in all 3 relays - Ryan, Sean, Joe Kiel, and Bryce Lukacsko in the medley, Sean, Joe, Bryce and Matt in the 200 free, and Ryan, Joe, Bryce, and Matt in the 400 free.

The Bernards girls were State Sectional Finalists for the 5th time, but were not able to retain their Sectional crown, having won it the previous 3 years as they fell to Caldwell 73-97 at the Raritan Bay Area YMCA. The girls swam fiercely - posting 14 new PRs while winning 8 of the 11 events, but could not capture enough runner up finishes to come out on top this year. Leading the way for Bernards were freshmen Sami Bender and Grace Korey. Each took two individual events and swam on the victorious medley and 400 free relays. Sami touched the wall first in the 50 in an MOC qualifying time, which put her within 0.2 seconds of the school record. Her 100 time was the 6th fastest in BHS history and only 0.04 seconds off MOCs. Grace swam the 14th fastest 200 IM for BHS and also won the 100 breaststroke. Grace and Sami teamed up with Maddie Kiel and Izzy Piccone on the two winning relays and Maddie (fly) and Izzy (500) each took one individual event. The medley relay swam the fastest time of the season which was good enough for #7 spot on the all-time list. Maddie (back) and Izzy (200) were each runner-ups and Nina Marquard posted the lone individual 3rd place in the 500. Also securing bronze was the 200 free relay team of Marion Doerr, Keaton Haughan, Sarah Celentano, and Nina.

The girls finished their illustrious season at 10-2 as Skyland Conference Valley Division champions and North 2 Group C State Sectional Finalists.

The Bernards girls also remained undefeated (10-0) with a semifinal round win over Madison (92-78) in the NJSIAA State Sectional North 2 Group C bracket. Second seeded Bernards will face the winner of first seed Caldwell and fourth seed New Providence in the finals on February 13 at the Raritan Bay Area YMCA. Bernards edged out Madison 6 wins to 5 in a very close contest at the Somerset Hills YMCA. Sami Bender won the 50 and 100 free and also anchored the two winning relays for Bernards. Joining Sami on the medley relay was Izzy Piccone, Grace Korey, and Maddie Kiel and on the 200 free relay was Clare Johnson, Marion Doerr, and Mattie Sbaraglio. Izzy Piccone (500) and Maddie (fly) added an individual win each. Izzy, Maddie, Clare, and Grace teamed up for the runner up spot in the 400 free relay, although the meet was clinched with a strong 2-3 finish in the breaststroke by Grace and Sophie Ray.

The Bernards boys swam a focused and determined meet to overtake the higher seeded Governor Livingston boys 91-79 in a spirited semifinal meet at the Morris Union Jointure school. Bernards exploded out of the starting blocks in the opening medley relay, lowering their MOC qualifying time and touching the wall only six hundredths of a second off the school record to set the stage for an evening of jaw-dropping swims. The medley team of Ryan Schuller (back), Sean Robinson (breast), Joe Kiel (fly), and Bryce Lukacsko (free) each added individual victories in their specialties. Ryan's back time claims the 4th spot in the BHS all-time swims, Joe's fly is the 3rd fastest ever, and Bryce's 50 free puts him in the #9 spot. Matt Snyder put on a show as he won the IM with the 2nd fastest time in BHS history and then posted the 4th fastest time in winning the 500 with another MOC qualifying time. After a (very) short rest, Matt anchored the 200 free relay behind Sean, Joe, and Bryce to qualify the boys' 3rd relay for MOCs with the 4th fastest time at BHS. Adding to the BHS Top 20 list was Ryan's 200 free (#9), Sean's 50 (#10), and Trevor Lukacsko's fly (#13). The boys team remains undefeated at 11-0.


More Comments:

Michael Green - 11/12/2007

I am not here to defend John Henry Faulk's position on anything, but to ask whether Mr. Radosh thinks that if Mr. Faulk had the positions he attributes to him, he should have been blacklisted. I ask because Mr. Faulk was blacklisted for his past actions, but did the TV show he had at the time promote communism? And can or would Mr. Radosh deny the truth in Mr. Faulk's statement that if his accusers had nothing on him, they would still make something up? Because it seems self-evident that those who created the blacklist had as much interest in truth as I do in tiddlywinks--meaning none.


Vincent Hartnett - History

Folklorist, humorist, lecturer, and civil rights activist John Henry Faulk (1913-1990) was born to parents Henry and Martha (Miner) in Austin, Texas. A protégé of J. Frank Dobie, Walter Prescott Webb, and Roy Bedichek, Faulk graduated from the University of Texas at Austin, where he later taught English. For his master's thesis, he analyzed ten African American sermons, and his research greatly impacted his thinking on civil liberties. Aided by his friend and fellow folklorist Alan Lomax, Faulk entered the entertainment industry in 1946, hosting various radio shows for WCBS in New York City. In 1957, the right-wing organization AWARE, Inc., blacklisted Faulk for alleged communist associations and sympathies. Subsequently, he filed and won a libel suit against the company and anti-communist activists Vincent Hartnett and Laurence A. Johnson. In 1963, Faulk published a memoir of his blacklisting experience entitled Fear on Trial, which in 1975 CBS dramatized, starring William Devane as Faulk and George C. Scott as his attorney Louis Nizer. Despite being vindicated by the jury, Faulk was unable to gain meaningful employment in the entertainment industry until 1975, when he joined the cast of Hee-Haw. He wrote and produced two one-man plays, Deep in the Heart (1986) and Pear Orchard, Texas (1988), to highlight humanity's best and worst traits.

Beginning in the 1970s, Faulk lectured extensively about civil liberties on college and university campuses. Campaigning on his passion for the U.S. Constitution, the environment, and the common man, he unsuccessfully ran against Phil Gramm for a U.S. House of Representatives in Texas in 1983. Faulk married his former student Harriet "Hally" Wood in 1940. The couple had one daughter, Cynthia, before divorcing. In 1948, he married Lynne Smith, with whom he had three children: Evelyn, Johanna, and Frank Dobie. After divorcing Lynne, Faulk married Elizabeth "Liz" Peake in 1965 and they had one child, John Henry "Johan" III. He was close friends with Austin television and radio broadcaster, Richard "Cactus" Pryor, and was a mentor to journalist and activist, Molly Ivins. Faulk died of cancer in 1990.

Foshee, Page S. "Faulk, John Henry." Handbook of Texas Online, accessed January 20, 2012. http://www.tshaonline.org/handbook/online/articles/ffa36.

Portée et contenu

The John Henry Faulk Oral History Collection, 1990, contains oral history interviews of family and friends of John Henry Faulk conducted by Barbara S. Griffith and Sheree Scarborough for the Center for American History (now the Dolph Briscoe Center for American History) in 1990. The collection includes taped oral history interviews and interview transcripts. Persons interviewed include Texana Faulk Conn, Molly Ivins, Mary Faulk Koock, Karen Kuykendall, Ann Faulk McAffee, Kaye Northcott, and Jan Patterson.


Memory Book

Sympathy Flowers

Vincent was born on July 4, 1916 and passed away on Tuesday, August 18, 2009.

Vincent was a resident of Tuckahoe, New York.

The information in this obituary is based on data from the US Government's Social Security Death Index. No further information is available. More details on this data source are provided in our Frequently Asked Questions section.

Send Condolences
SEARCH OTHER SOURCES

The beautiful and interactive Eternal Tribute tells Vincent's life story the way it deserves to be told in mots, pictures et video.

Create an online memorial to tell that story for generations to come, creating a permanent place for family and friends to honor the memory of your loved one.

Select An Online Memorial Product:

Share that special photograph of your loved one with everyone. Document family connections, service information, special times and priceless moments for all to remember and cherish forever with support for unlimited copy.

  • Online multimedia memorial with unlimited pictures, videos, music and more
  • Elegant, immersive format honors your loved one
  • Customizable themes, backgrounds and music give it that personal touch
  • Interactive Guest Book lets everyone share their memories and provide support
  • Enjoy all the features of the Eternal Tribute
  • Preserve the memory and sacrifices of a loved one’s national service
  • Choose from five elegant military branch themes
  • Highlight military service details
  • Unlimited photos and military record information
Laisser un souvenir

Ignorant, in the sense
she ate monotonous food
and thought the world was flat,
and pagan, in the sense
she knew the things that moved
at night were neither dogs nor cats
but púcas and darkfaced men,
she nevertheless had fierce pride.
But sentenced in the end
to eat thin diminishing porridge
in a stone-cold kitchen
she clenched her brittle hands
around a world
she could not understand.
I loved her from the day she died.
She was a summer dance at the crossroads.
She was a card game where a nose was broken.
She was a song that nobody sings.
She was a house ransacked by soldiers.
She was a language seldom spoken.
She was a child’s purse, full of useless things.

© 1975, The Estate of Michael Hartnett
From: Collected Poems.Publisher: The Gallery Press, Oldcastle, 2001.

Author’s Notes:

Púcas: This was the Irish (Gaelic) term for pookas, hobgoblins, fairies. In the Irish language a man of African descent is described as a fear ghoirm, a “blue man”. In Irish, “an fear dubh” (“the black man”) exclusively denotes the devil, therefore, the reference to “darkfaced men” in this poem does not have any racial connotations!

UNE se réveiller was a social gathering associated with death, usually held before a funeral. Traditionally, a se réveiller took place in the house of the deceased with the body present.

In 1965 Michael Hartnett was in Morocco when his grandmother, Bridget Halpin, died at the age of 80. Hartnett had spent his formative years in Halpin’s simple, meagre cottage in Camas soaking up the stories and folklore of the area as she entertained her cronies in the mid to late 1940’s. She had a great array of Irish words in her vocabulary, many related to the animals of the countryside and life on the farm, although she and the family didn’t use Irish in everyday conversation. Nevertheless, her knowledge of Irish had an immense influence on the young Hartnett, who would go on to became as fluent in Irish as he was in English.

Camas is a hugely important place for Hartnett. It was there that his poetic gift was first recognised and cultivated, particularly by his grandmother. His first ever published poem was called ‘Camas Road’ and was published in The Limerick Weekly Echo on 18 th June 1955. Hartnett was thirteen. This present poem, ‘Death of an Irishwoman’, is his effort at an apology for not being there at her funeral – ‘I loved her from the day she died’.

Hartnett returned to his West Limerick roots in the mid-1970’s having made his famous declaration from the stage of the Peacock Theatre at an event organised by Goldsmith Press on June 4th, 1974. At that event, Hartnett informed the audience of his resolution to cease writing in English, stating that his “road towards Gaelic” had “been long and haphazard” and until then “a road travelled without purpose”. He reassured his audience that he had realised and come to terms with his identity while acknowledging that his “going into Gaelic simplified things” for him and provided answers which some considered to be naive but at least gave him “somewhere to stand”. Rediscovering and reinventing himself and the long forgotten echoes of his Gaelic past was a central project for Hartnett during those years in the 1970’s. Bridget Halpin played a significant role in this process.

Bridget Halpin is a symbol for all that was lost in the traumatic early years of the Twentieth Century in Ireland. In Hartnett’s view one of the many precious things which was lost, ignored, and abandoned was the Irish language itself and so the poem can be read as a post-colonial lament. According to Census returns for Camas in 1911, Bridget Halpin was 26, living with her husband Michael, ten years her elder. This would mean she was born in 1885, a time of cultural revival, coinciding with the founding of the Gaelic League and the Gaelic Athletic Association. Hartnett always considered her to be a woman ‘out of her time’. She never came to terms with the New Ireland of the 1920’s, 1930’s, and though her life spanned two centuries she was, in his eyes, still living in the past, ‘Television, radio, electricity were beyond her ken entirely’ (Walsh 13). To her, ‘the world was flat / and pagan’, and in the end,

she clenched her brittle hands
around a world
she could not understand.

There is a strong sense of regret for a lost generation in this poem and this is particularly in evidence in the poignancy of the line:

I loved her from the day she died.

What follows is a masterclass of poetic skill, the poet cherishes the memory of his lost muse with an epitaph made up exclusively of metaphors:

She was a summer dance at the crossroads.
She was a card game where a nose was broken.
She was a song that nobody sings.
She was a house ransacked by soldiers.
She was a language seldom spoken.
She was a child’s purse, full of useless things.

These metaphors conjure up an almost forgotten rural idyll: dances at the crossroads on summer evenings, the hustle and bustle of the rambling house with its card games and music sessions, slow airs and sean nós singing, sets and half-sets. Hartnett also veers into the political sphere with reference to The Black and Tans and the fraught Irish language question, which he sees as having been abandoned and neglected by successive governments since the foundation of the State, ‘Our government’s attitude is hostile and apathetic by turns’ (Walsh 126). His final metaphor:

She was a child’s purse, full of useless things.

captures the futility and frustration felt both by his grandmother and the poet himself at the relentless pace of change. Safia Moore, in her excellent blog, Top of the Tent, says of this metaphor that it encapsulates the notion of his grandmother as ‘being out of step with the utilitarian, modern world’.

In effect, Hartnett is not only writing the epitaph for his grandmother but for a unique and precious culture which he sees drifting towards oblivion through neglect. During these years in Newcastle West and in his cottage in nearby Glendarragh, Templeglantine, Hartnett wrote many such epitaphs for local people and their dying country crafts. This is a facet of Hartnett’s work which began with his grandmother, Mrs Halpin. (See Epitaph for John Kelly, Blacksmith as one example of this). Therefore, in a way, not only is Hartnett lamenting the death of Mrs Halpin here but also, like Heaney in many of his poems, he is lamenting the loss of ancient crafts and customs which, with the progress of time, have become redundant. He has returned home to find things falling apart and that Time has thinned the ranks of the stalwarts of the town. His local poetry, in particular, takes on a nostalgic retrospection and features poems about those who have died, such as ‘Maiden Street Wake’, where he describes one such wake:

We shuffled round and waited.
Our respects were paid.
And then we ate soft biscuits
and drank lemonade.

This period in his life is, therefore, best depicted as a period of intense creativity and a series of well-documented farewells, best characterised by this poignant line from the ‘Maiden Street Ballad’ where he ruefully declares:

old Maiden Street went to the graveyard.

Author’s Note: Students of Hartnett and aspiring academics will readily verify that Harnett, whether deliberately or mischievously, was a master of misinformation. The Youtube clip above is a perfect example of this. As he begins to introduce the poem, ‘Death of an Irishwoman’ he states that his grandmother, Bridget Halpin was born in 1870 when, in fact, we know through Census returns for 1911 that she was born in 1885. He also says that she was 93 when she died when, in fact, if the Census returns are to believed, she was a mere 80!

Further Reading

You might like to have a read of a more detailed exploration of Bridget Halpin’s obvious influence on her grandson, Michael Hartnett, here.

Bibliographie

‘A Necklace of Wrens’ (Film). Harvest Films. 1999

Walsh, Pat. A Rebel Act: Michael Hartnett’s Farewell to English, Cork: Mercier Press, 2012


Voir la vidéo: Vincce - dxzzyre (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Shakataxe

    Tout à fait juste! C'est une bonne idée. Je t'encourage.

  2. Ezekiel

    À mon avis, des erreurs sont commises. Je propose d'en discuter.

  3. Daudi

    À mon avis, quelqu'un est resté coincé ici

  4. Petiri

    Oui, ça arrive...



Écrire un message