Janet Leddy


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Janet Graham a épousé Raymond Leddy, un haut responsable de la Central Intelligence Agency alors qu'il servait au Venezuela. Au cours des années suivantes, elle a donné naissance à cinq enfants.

En 1957, Leddy a été envoyé à Mexico en tant que directeur politique de l'ambassade des États-Unis. Cela lui a permis de renouveler son amitié avec Winston Scott, qui était maintenant le chef de station de la CIA au Mexique. Les deux hommes avaient été ensemble à Cuba pendant la Seconde Guerre mondiale.

Janet Leddy est devenue une amie proche de la femme de Scott, Paula Murray Scott. Cependant, en 1961, Janet a commencé une liaison avec Winston Scott. Lorsqu'il a découvert ce qui se passait, Raymond Leddy a accepté un emploi à l'Army War College de Carlisle, en Pennsylvanie. Brian Bell, qui a travaillé sous Leddy : "C'était dommage car il était l'un des officiers politiques les plus compétents que j'aie jamais rencontrés dans le service extérieur."

Paula Murray Scott a également découvert l'affaire et a commencé à boire beaucoup. Le 12 septembre 1962, Paula est retrouvée morte chez elle. Son acte de décès indiquait qu'elle était décédée d'une « crise cardiaque tuberculeuse intestinale ». Comme le souligne Jefferson Morley : « Ce diagnostic contradictoire n'était pas ce qu'un médecin aurait écrit. Paula souffrait de tuberculose intestinale, mais une telle condition n'aurait pas pu causer la mort. Des preuves ultérieures sont apparues suggérant qu'elle s'était suicidée ou avait été assassinée. Quoi qu'il se soit passé, Scott aurait eu peu de difficulté à faire en sorte qu'un médecin mexicain dise que sa femme est décédée d'une crise cardiaque.

Janet Leddy obtient immédiatement le divorce et devient en décembre 1962 la troisième épouse de Winston Scott. L'un des amis de Paula au club de golf de Chapultepec a commenté : "C'était comme s'il avait épousé le motif." Thomas C. Mann, David Atlee Phillips, Adolfo Lopez Mateos et Diaz Ordaz ont assisté au mariage.

Leddy a porté plainte contre sa femme devant un tribunal mexicain pour "abandon". Il a demandé la garde de leurs cinq enfants. Il a également tenté en vain d'user de son influence au sein du département d'État pour faire transférer Winston Scott aux États-Unis.

En juin 1969, Richard Helms remet à Winston Scott la Distinguished Intelligence Medal. On lui a également dit qu'il était renvoyé à Washington. Scott a refusé le poste et a décidé de se retirer de l'agence. Bill Broe, le chef de division de la CIA a fait valoir que « la retraite de Win n'avait rien à voir avec les événements d'octobre 1968 ».

Winston Scott est resté à Mexico et, avec Ferguson Dempster, a créé une société appelée Diversified Corporate Services. Dempster a fait remarquer : « Nous nous sommes établis en tant que consultants pour les personnes qui voulaient faire des affaires au Mexique. Cependant, Thomas C. Mann a affirmé que Scott dirigeait « sa propre organisation de renseignement personnel... Les Mexicains voulaient utiliser son expertise et sa connaissance du Mexique. , en particulier le côté renseignement."

Il a également écrit un mémoire sur son passage au FBI, à l'OSS et à la CIA. Il acheva le manuscrit, It Came To Little, et prévoya de discuter du contenu du livre avec le directeur de la CIA, Richard Helms, à Washington le 30 avril 1971. Scott dit à John Horton, le chef de la station de la CIA à Mexico, qu'il ne serait pas dissuadé de publier le livre.

Winston Scott est décédé le 26 avril 1971. Aucune autopsie n'a été pratiquée et une autopsie a suggéré qu'il avait subi une crise cardiaque. Quand Anne Goodpasture a appris la nouvelle de la mort de Scott, elle est allée directement voir James Angleton pour lui dire que Scott avait des documents classifiés dans son coffre-fort (Scott avait des cassettes et des photos d'Oswald).

Angleton a rendu visite à la femme de Scott à Mexico le 28 avril. Michael Scott, le fils de Winston Scott, a dit à Dick Russell que James Angleton avait emporté le manuscrit de son père. Angleton a également confisqué trois gros cartons de dossiers, dont un enregistrement de la voix de Lee Harvey Oswald. Michael Scott a également été informé par une source de la CIA que son père n'était pas mort de causes naturelles.

Michael Scott a finalement récupéré le manuscrit de son père de la CIA. Cependant, 150 pages manquaient. Les chapitres 13 à 16 ont été supprimés dans leur intégralité. En fait, tout ce qui concernait sa vie après 1947 avait été supprimé pour des raisons de sécurité nationale.


Historique du nom de famille Leddy

Le nom de famille Leddy a été trouvé pour la première fois à Cavan, où ils occupaient un siège familial en tant que sept dalcasiens, chefs à Thomond. L'histoire irlandaise, après la conquête normande de l'Angleterre, a été fortement influencée par l'invasion de Strongbow en 1172, presque égale à l'énorme impact culturel irlandais sur l'Angleterre, l'Écosse, le Pays de Galles et l'ensemble de l'Europe avant la conquête normande du 1er au 7ème siècle. De nombreux clans irlandais, les noms de sept se sont mélangés et les groupements familiaux sont devenus presque indiscernables. Ce nom de famille descend d'un célèbre chef de Munster, Lidhda, décédé en combattant aux côtés du roi Brian Boru lors de la bataille de Clontarf en 1014.

Télécharger l'historique des noms de famille (PDF) - Format lettre

$10.95 $5.47

Début de l'histoire de la famille Leddy

Cette page Web ne montre qu'un petit extrait de notre recherche Leddy. 116 autres mots (8 lignes de texte) couvrant les années 1058, 1122 et 1171 sont inclus sous le sujet Early Leddy History dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.

Variations d'orthographe Leddy

Les variantes orthographiques de ce nom de famille incluent : Liddy, O'Liddy, Leddy, Leidy, O'Leidy, Litty, Liddie, Liddee et bien d'autres.

Les premiers notables de la famille Leddy (avant 1700)

Plus d'informations sont incluses sous le sujet Early Leddy Notables dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.

Migration leddy +

Certains des premiers colons de ce nom de famille étaient:

Les colons de Leddy aux États-Unis au XIXe siècle
  • Mick Leddy, arrivé en Amérique en 1812 [1]
  • Michael Leddy, arrivé à Philadelphie en 1813
  • Michael Leddy, qui a atterri à New York, NY en 1816 [1]
  • James Leddy, arrivé à Philadelphie en 1818
  • Bernard Leddy, qui a débarqué à Savanna(h), Géorgie en 1854 [1]
  • . (D'autres sont disponibles dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.)

Migration de Leddy au Canada +

Certains des premiers colons de ce nom de famille étaient:

Les colons de Leddy au Canada au 19e siècle
  • James Leddy, qui a été enregistré à Montréal en 1820
  • James Leddy, arrivé en Nouvelle-Écosse en 1844
  • Mme Mary Leddy qui émigrait par la station de quarantaine de Grosse Isle, Québec à bord du navire "Emigrant" partant le 11 août 1847 de Liverpool, Angleterre, le navire est arrivé le 3 octobre 1847 mais elle est décédée à bord [2]
  • M. Robert Leddy, âgé de 45 ans qui émigrait par la station de quarantaine de Grosse Isle, Québec à bord du navire "Emigrant" partant le 11 août 1847 de Liverpool, Angleterre le navire est arrivé le 3 octobre 1847 mais il est décédé à bord [2]

Migration Leddy vers la Nouvelle-Zélande +

L'émigration vers la Nouvelle-Zélande a suivi les traces des explorateurs européens, tels que le capitaine Cook (1769-1770) : d'abord les chasseurs de phoque, les baleiniers, les missionnaires et les commerçants. En 1838, la British New Zealand Company avait commencé à acheter des terres aux tribus maories et à les vendre aux colons. une nouvelle vie. Les premiers immigrants comprennent :


Chronologie de James B. Eddie

Janet Groat a commencé cette chronologie de James B. Eddie. Je l'ai quelque peu révisé en me basant sur des histoires de famille.

né Elgin Ecosse 1860 Mary Margaret Leddy a déclaré que sa famille dirigeait un service d'autocars entre Elgin et Édimbourg.

Université d'Édimbourg. [S.F. Chronicle dit qu'il était baptiste avant de devenir ministre de la Congrégation.>

Il entendit parler Livingston et l'admira beaucoup, ce qui le conduisit à se rendre en Afrique. [Livingston est mort en 1873, donc ce n'est peut-être pas vrai].

1884 Service à la gare de l'Équateur au Congo sous les auspices de la Livingstone Inland Mission fondée par H. Grattan Guinness

Il a quitté l'Afrique après avoir contracté le paludisme et est allé en Italie (Florence) pendant un an pour se rétablir avant de retourner en Écosse, d'épouser Margaret Charleson (d'Inverness) et d'immigrer aux États-Unis.

1887 Vocabulaire publié à Edimbourg [voir mon article à ce sujet. le livre est toujours disponible]

1888 ou 1890 Arrivée aux États-Unis pour la première fois : les données du recensement sont contradictoires. (Avant les records d'Ellis Island, donc aucune aide là-bas.)

Le San Francisco Chronicle [voir mon article sur Raised in the Priesthood] dit qu'il a été élevé en tant que baptiste mais est devenu congrégationaliste et a servi comme ministre à Oakland et à Richmond avant de devenir épiscopalien, puis de servir à Hayward pendant un an avant d'être ordonné en 1896.

Entré au séminaire épiscopalien de San Francisco et y devint ministre.


1891 Voyages sur Anchoria en Ecosse de New York arrive le 4 août

1892 Hamish naît en Californie

1893 Épouse Margaret Charleson [l'a-t-il épousée après la naissance de Hamish ?]

1895-6 diaconat épiscopal chargé de mission à Haywards [sic probablement Hayward]

1896, 29 février Ordonné à l'église Saint-Paul, épiscopalienne

1896 Margaret Eddie naît à San Francisco

1896 à Carson City en tant qu'église épiscopale du pasteur

1900-1906 ? Salt Lake City en tant que doyen de la cathédrale St, Narks Salt Lake City "La cathédrale Saint-Marc, à Salt Lake City, a été construite par l'évêque Tuttle en 1870.
Le très révérend James B. Eddie est doyen depuis Pâques 1900." L'Empire de la montagne Utah 1904. Il était également vice-recteur et aumônier de Rowland Hall, une école préparatoire collégiale rattachée à la cathédrale. L'Utah tel qu'il est.


Contenu

L'université date de la fondation du Collège catholique romain de l'Assomption à Windsor, en Ontario, en 1857. [11] Le Collège de l'Assomption, une institution principalement théologique, a été fondé par la Société des Jésuites en 1857. Les Pères Basiliens ont pris le contrôle du collège en 1870. Le collège a connu une croissance constante, élargissant son programme d'études et s'affiliant à plusieurs autres collèges au fil des ans. [12]

En 1919, l'Assumption College de Windsor s'affilie à l'Université de Western Ontario. [11] À l'origine, Assomption était l'un des plus grands collèges associés à l'Université de Western Ontario. L'escalade des coûts a forcé l'Université de l'Assomption, une université confessionnelle, à devenir un établissement public pour bénéficier d'un soutien public. [11] Il a obtenu le statut universitaire en 1953. [12]

En 1950, le Collège de l'Assomption accueille ses premières étudiantes. En 1953, en vertu d'une loi de l'Assemblée législative de l'Ontario, le Collège de l'Assomption a reçu ses propres pouvoirs universitaires et a mis fin à son affiliation avec l'Université de Western Ontario. En 1956, le nom de l'établissement a été changé pour Assumption University of Windsor, par une loi de l'Assemblée législative de l'Ontario, avec le révérend Eugene Carlisle LeBel, C.S.B. nommé comme son premier président. [13] Le Collège Essex non confessionnel récemment créé, dirigé par Frank A. DeMarco, est devenu une filiale, avec la responsabilité des sciences pures, des sciences appliquées, ainsi que des écoles d'administration des affaires et des sciences infirmières. (Les armoiries et l'insigne du Collège Essex ont été enregistrés auprès de l'Autorité héraldique du Canada le 15 mars 2007.) [14]

Au début des années 1960, la croissance et les demandes d'enseignement supérieur de la ville de Windsor ont entraîné une nouvelle restructuration. Une pétition a été présentée à la province de l'Ontario pour la création d'une université non confessionnelle de Windsor par le conseil des gouverneurs et régents de l'Université Assomption et le conseil d'administration du Collège Essex. [13] L'Université de Windsor est née de son incorporation en vertu d'une loi de l'Assemblée législative de l'Ontario le 19 décembre 1962. La transition d'une université catholique historique à une université provinciale non confessionnelle était un développement sans précédent. [13]

Le 1er juillet 1963, l'ensemble du campus avec toutes ses installations et son corps professoral est devenu l'Université de Windsor. En tant que « membre fédéré », l'Université de l'Assomption est restée une institution intégrée, délivrant des diplômes uniquement dans sa faculté de théologie. [13] Le père Eugene Carlisle LeBel d'Assomption est devenu le premier président de l'Université de Windsor, et Frank A. DeMarco, qui avait occupé les deux postes de principal, ainsi que de doyen des sciences appliquées au Essex College, est devenu le premier vice-président. . Les armoiries de l'Université ont été conçues par l'expert héraldique Alan Beddoe. [15]

Six mois plus tard, l'Université Assomption de Windsor conclut des ententes d'affiliation avec le Collège Holy Redeemer (maintenant l'Académie Sainte-Cécile), le Collège Canterbury et le nouveau Collège Iona (affilié à l'Église Unie du Canada). Le Canterbury College est devenu le premier collège anglican au monde à s'affilier à une université catholique romaine. [13] [16]

En 1964, lorsque E.C. LeBel a pris sa retraite, le Dr John Francis Leddy a été nommé président de l'Université de Windsor et a présidé une période de croissance importante. De 1967 à 1977, Windsor est passé d'environ 1 500 à 8 000 étudiants à temps plein. Dans les années 1980 et au début des années 1990, cette croissance s'est poursuivie. Parmi les nouveaux édifices érigés se trouvaient l'édifice commercial Odette et le Centre étudiant des TCA.

Les inscriptions ont atteint des sommets à l'automne 2003 avec l'élimination de la 13e année (crédit scolaire de l'Ontario) en Ontario. L'université a développé un certain nombre de partenariats avec des entreprises et des industries locales, telles que le Centre de recherche et de développement automobile de l'Université de Windsor/Chrysler Canada Ltd. et Maple Leaf Sports and Entertainment. [17]

Classements universitaires
Classements mondiaux
QS Monde [18] 701–751
Fois Monde [19] 601–800
Nouvelles des États-Unis et rapport mondial Mondial [20] 1049
Classements canadiens
QS Nationale [18] 24
Fois Nationale [19] 22–26
Nouvelles des États-Unis et rapport mondial Nationale [20] 28
Maclean's Complet [21] 14

Windsor propose plus de 120 majeures et mineures et 55 programmes de maîtrise et de doctorat dans neuf facultés : [22]

  • Faculté des arts, des sciences humaines et des sciences sociales
  • Faculté d'éducation
  • Ecole d'ingénieurs
  • Faculté des études supérieures

L'Université de Windsor propose également des programmes inter-facultés offrant des majeures interdépartementales telles que la médecine légale, les études environnementales et la concentration en arts et sciences. Il existe neuf programmes d'éducation coopérative pour 1 100 élèves.

La Faculté de droit est l'une des six facultés de l'Ontario et se concentre principalement sur l'enseignement et la recherche sur les questions de justice sociale et d'accès à la justice. Il publie deux revues de droit, la Faculté a dirigé Accès à la justice et la course étudiante, évaluée par des pairs Examen de Windsor sur les questions juridiques et sociales.

La faculté offre une variété de cours reflétant son objectif de recherche. Les étudiants en droit peuvent étudier le droit des droits de la personne, le droit de la pauvreté, le droit des droits autochtones et les questions juridiques touchant les femmes, les minorités et les enfants. La recherche met également l'accent sur le droit pénal, de nombreux professeurs notables de la faculté de droit ayant une vaste expérience à la fois dans le domaine universitaire et au cours de leur carrière lors de leur procès. La faculté, en collaboration avec Aide juridique Ontario, gère une clinique juridique communautaire du centre-ville de Windsor appelée Legal Assistance Windsor dotée d'avocats superviseurs, d'étudiants en droit et de travailleurs sociaux. à la justice. Cette clinique exerce ses activités dans tous les domaines du droit qui touchent ceux qu'elle a pour mandat de servir, y compris le droit des propriétaires et des locataires.

L'Université de Windsor gère une deuxième clinique juridique, Community Legal Aid, au coin de Sunset et University. Cette clinique est une clinique de la Student Legal Aid Services Society (SLASS), composée principalement d'étudiants en droit bénévoles et supervisée par des avocats superviseurs, appelés avocats de révision. Cette clinique exerce ses activités principalement dans les domaines du droit criminel, du droit des propriétaires et des locataires et de la Cour des petites créances. La clinique offre des services juridiques gratuits à ceux qui se qualifient financièrement, ainsi qu'à tous les étudiants de l'Université de Windsor.

La faculté dispose également d'un programme conjoint de diplôme de doctorat approuvé par l'ABA avec l'Université de Detroit Mercy. Le programme se termine en trois ans et les étudiants suivent des cours à l'Université de Windsor et à l'Université de Detroit Mercy. À la fin, les étudiants obtiennent une accréditation juridique canadienne et américaine et peuvent obtenir une licence dans n'importe quelle province du Canada (à l'exception du droit civil au Québec) et dans n'importe quel État des États-Unis d'Amérique.

Le département de philosophie de l'Université de Windsor est connu pour son travail en logique informelle et accueille régulièrement une conférence internationale d'argumentation par l'intermédiaire de la Société ontarienne pour l'étude de l'argumentation. [23] Les étudiants, les professeurs et les chercheurs invités collaborent au sein du groupe de recherche interdépartemental, le Centre de recherche sur le raisonnement, l'argumentation et la rhétorique. [24] Depuis 2016, l'Université de Windsor propose un doctorat interdisciplinaire en études d'argumentation, le seul programme d'études supérieures en Amérique du Nord axé sur ce domaine. [25]

Depuis 2008, l'Université de Windsor abrite également un campus satellite de la Schulich School of Medicine & Dentistry de l'Université de Western Ontario.

Situé dans la « capitale de l'automobile » traditionnelle du Canada, de l'autre côté de la frontière de Détroit, le campus se trouve à proximité des États-Unis et de son port d'entrée très fréquenté à destination et en provenance des États-Unis. Il est encadré par le pont Ambassador à l'ouest et la rivière Détroit au nord.

Le campus couvre 51 hectares (130 acres) (contigus) et est entouré d'un quartier résidentiel. Le campus dispose d'un petit arboretum, qui représente la plupart des espèces de la forêt carolinienne. Le campus est à environ 10 minutes en voiture du centre-ville de Windsor. L'Université a déplacé certains programmes académiques au centre-ville, y compris le travail social, le programme de formation pour cadres et professionnels, la musique et les beaux-arts. En raison de ses racines historiques dans plusieurs institutions religieuses, le campus de l'université possède de nombreux exemples d'architecture chrétienne en plus de ses bâtiments phares modernes comme le Joyce Entrepreneurship Centre, d'une valeur de 10 millions de dollars. [26]

Le War Memorial Hall (plus généralement connu sous le nom de Memorial Hall) est un bâtiment historique utilisé comme salles de classe, laboratoires et bureaux. Memorial Hall honore les anciens élèves qui s'étaient enrôlés et sont morts pendant la Première Guerre mondiale et la Seconde Guerre mondiale. Une plaque de bronze rappelle les anciens élèves du Collège de l'Assomption décédés pendant la Seconde Guerre mondiale. [27]

Le Centre d'entrepreneuriat Joyce (anciennement le « Centre d'innovation ») est situé sur le campus principal, du côté sud de la rue Wyandotte. [28] Ce bâtiment abrite l'EPICentre et WEtech Alliance. L'épicentre (Entrepreneurship, Practice, and Innovation Centre) est un organisme de l'Université de Windsor qui vise à fournir aux étudiants et aux anciens élèves l'expertise et les ressources nécessaires pour poursuivre des objectifs entrepreneuriaux. L'épicentre fait partie des Centres d'excellence de l'Ontario et offre de l'éducation, du mentorat, des bureaux et divers niveaux de financement pour aider à soutenir les entreprises en démarrage. [29] WEtech Alliance est une organisation similaire, étant également un centre d'excellence de l'Ontario, dont l'objectif principal est de soutenir les entreprises technologiques en démarrage. Ils fournissent des services aux startups technologiques dans les régions de Windsor-Essex et Chatham-Kent, pas exclusivement aux étudiants et anciens élèves de l'Université de Windsor. [30]

Le Centre étudiant des TCA est le principal centre complet répondant à tous les besoins des étudiants. Il abrite une grande aire de restauration et la librairie principale du campus. Également au sein du Centre des TCA : Services de santé aux étudiants, un cabinet dentaire, des services de consultation, un photographe, une pharmacie, l'Alliance des étudiants de l'Université de Windsor (UWSA), un espace multiconfessionnel, la station de radio communautaire du campus CJAM-FM, et un bureau d'information. Un grand espace public à côté de l'aire de restauration est disponible pour les clubs et les stands d'information à installer certains jours. Par exemple, au cours du mois d'octobre, de nombreuses facultés de droit canadiennes installent des kiosques avec des représentants qui répondent aux questions et fournissent des informations aux étudiants de premier cycle.

Le Centre St. Denis, à l'extrémité sud du campus sur l'avenue College, est la principale installation sportive et récréative pour les étudiants. Il dispose d'une salle de musculation, d'installations d'exercice et d'une piscine. Le nouveau stade du campus sud construit pour les Jeux panaméricains juniors de 2005 se trouve à côté du Centre St. Denis - qui dispose également de vestiaires pour les équipes de Lancer - et borde Huron Church Road, la principale avenue à destination et en provenance du poste frontalier. [31] Le département d'athlétisme est devenu bien connu pour Track & Field et Men and Women's Basketball.

En février 2018, l'université a annoncé son intention de construire un nouveau centre sportif, intitulé Lancer Sport and Recreation Centre. La nouvelle installation coûtera 73 millions de dollars et aura une superficie de 130 000 pieds carrés. Contrairement à l'actuel centre St. Dennis, il y aura de nombreuses sections distinctes de l'installation pour accueillir différentes ressources sportives telles qu'un nouveau gymnase, une piscine, une salle de fitness et de nombreuses salles polyvalentes, par opposition à un seul espace polyvalent. [32] La construction de l'installation a commencé en octobre 2018. [33]

En juin 2019, un nouveau centre de recherche a ouvert ses portes sur le campus. La nouvelle installation, appelée Essex Center of Research (ou CORe), est construite du côté sud de l'installation scientifique existante d'Essex Hall. Il s'agit d'une installation à aire ouverte de 46 000 pieds carrés, dotée de laboratoires à la pointe de la technologie et qui sera principalement utilisée comme installation de recherche. [34]

La bibliothèque Leddy est la bibliothèque principale du campus de l'Université de Windsor. La collection de la bibliothèque se compose de plus de 3 millions d'articles, y compris des fonds de ressources électroniques de plus de 17 000 titres électroniques et plusieurs centaines de milliers d'ensembles de données. La bourse du référentiel institutionnel UWindsor offre un accès ouvert à des milliers de thèses, mémoires et publications du corps professoral électroniques de l'Université de Windsor.

La bibliothèque Leddy est nommée en l'honneur de John Francis Leddy, ancien recteur de l'Université de Windsor. Le Dr Leddy est né à Ottawa, en Ontario, le 16 avril 1911, mais a grandi à Saskatoon, en Saskatchewan.

Les étudiants internationaux de près de 100 pays représentent environ 23% de la population étudiante. [35]

Démographie du corps étudiant (2017-18)
Premier cycle Diplômé
Homme [36] [37] 47.2% 55.8%
Femme [36] [37] 52.8% 44.2%
Étudiant canadien [38] 92.3% 40.1%
Étudiant international [38] 7.7% 59.9%

Malgré le grand nombre d'étudiants internationaux, la majorité des étudiants sont nationaux et viennent de Windsor et du comté d'Essex. [39]

La vie grecque sur le campus est plus petite à l'université, mais comprend une fraternité internationale : Sigma Chi, une sororité internationale : Delta Zeta et une sororité nationale : Delta Alpha Theta.

Tous les étudiants de premier cycle à temps plein sont membres de l'Alliance des étudiants de l'Université de Windsor et possèdent un régime d'assurance-maladie et de soins dentaires ainsi que l'accès à L'érudit assoiffé, un journal et une station de radio.

En plus du journal La Lance, qui est partiellement financé par l'UWSA et fournit des histoires écrites par des étudiants bénévoles, les étudiants de l'Université de Windsor publient plusieurs publications indépendantes. Le mouvement étudiant est un journal populaire, indépendant et géré par des étudiants, qui fournit un discours critique à l'égard de l'administration et de l'UWSA. Le problème est une publication électronique gérée par des étudiants couvrant les questions de justice sociale internationale.

La bibliothèque Leddy est la bibliothèque principale du campus. La bibliothèque de droit Paul Martin dessert la Faculté de droit. Le Syndicat canadien des travailleurs de l'automobile a aidé à construire le Centre étudiant des TCA, qui est un lieu de rencontre central pour les étudiants. L'Université a un accord unique avec le magasin hors taxes Ambassador au poste frontalier le plus achalandé du Canada, qui offre des emplois aux étudiants, 400 places de stationnement et une rente annuelle en espèces à l'école.

Les étudiants profitent également du centre-ville idéalement situé en bas de la rue. Des restaurants aux imprimeries en passant par les Bubble Tea Cafés, il existe une variété de boutiques intéressantes pour les étudiants.

L'Université héberge les étudiants dans quatre résidences universitaires sur le campus.

Alumni Hall abrite les étudiants de Beyond First Year et First Year (venant directement du lycée). Alumni Hall a des étages mixtes et c'est une résidence de style suite où les suites ont deux chambres qui partagent une kitchenette et une salle de bain à trois pièces. Les étudiants au-delà de la première année ne sont pas affectés dans la même suite que les étudiants de première année (venant directement du lycée).

Cartier Hall abrite des étudiants de première année de premier cycle (venant directement de l'école secondaire). Le pavillon Cartier a des étages mixtes, deux étudiants partagent une chambre et quatre étudiants partagent une salle de bain.

Laurier Hall accueille les étudiants de Beyond First Year. Laurier Hall a des chambres simples aux étages non mixtes et/ou mixtes.

MacDonald Hall accueille des étudiants de première année de premier cycle (venant directement de l'école secondaire). MacDonald a des étages mixtes avec des chambres doubles et des chambres simples limitées.

L'Université est représentée dans U Sports par les Lancers de Windsor. Les Lancers jouent au sein de la conférence Ontario University Athletics. Le stade de l'Université de Windsor accueille une variété de sports interuniversitaires, notamment

  • Football
  • Football
  • Athlétisme extérieur
  • Basketball
  • Volley-ball
  • Water-polo chambre à air
  • Hockey-balle
  • Handball Européen
  • Drapeau de football
  • Tennis de table
  • Rugby en salle
  • L'équipe de hockey sur glace des Windsor Lancers joue à la South Windsor Arena. [40]

L'Université s'est jointe à Project Hero, un programme de bourses cofondé par le général (à la retraite) Rick Hillier, pour les familles des membres des Forces canadiennes décédés. [41]

L'Université a créé le prix Rosa Schreiber avec l'aide de l'ancien professeur d'économie de l'Université de Windsor, Alan A. Brown. Du Comité sénatorial de l'Université sur les bourses étudiantes : Le prix du concours est ouvert aux étudiants en arts ou en sciences sociales de la deuxième année ou au-delà. Les candidats doivent soumettre un essai de 1 500 à 2 000 mots sur un aspect du courage moral. La soumission doit être faite au Bureau des bourses étudiantes. Ce concours se déroulera tous les deux ans. Il a été créé en 1995 pour honorer Rosa Schreiber, une combattante autrichienne de la liberté qui a risqué sa vie pour aider les autres pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le président de l'Université est le Dr Rob Gordon. Il a pris ses fonctions le 1er septembre 2019, en tant que président et vice-chancelier.

Elle est membre de la Conférence nationale des universités et collèges du Canada, de l'University Articulation Board of Ontario, de l'Association internationale des universités et de l'Association du Commonwealth britannique. [42] The Lance (Journal étudiant) est membre du CUP.


John M. Leddy

John Marshall Leddy (29 juin 1914 - 31 août 1997) [1] était un fonctionnaire du Département d'État américain, qui se concentrait principalement sur la politique commerciale des États-Unis.

John M. Leddy est né à Chicago et a grandi à Miami Beach, en Floride. Après le lycée, Leddy a suivi un bref cours de commerce à Miami, en Floride, puis, en 1933, a déménagé à Washington, DC pour vivre avec une tante. Pendant ce temps, Leddy a travaillé à la Home Owners' Loan Corporation et plus tard à l'Union panaméricaine pendant la journée et a pris des cours à l'Université de Georgetown la nuit. À l'Union panaméricaine, il a travaillé dans la division de l'information financière et économique, spécialisé dans l'information économique sur l'Amérique latine.

Après l'université, Leddy a travaillé à la Division des accords commerciaux du Département d'État des États-Unis en 1941. Son travail s'est initialement concentré sur le commerce des États-Unis avec le Pérou et le Mexique. Il a ensuite travaillé avec l'avocat du Département d'Etat Marc Catudal, expert de la clause de la nation la plus favorisée, sur le cadre juridique des accords commerciaux.

Après la Seconde Guerre mondiale, Leddy a travaillé avec le Comité des accords commerciaux, un comité interinstitutions impliqué dans l'élaboration de la politique commerciale américaine d'après-guerre, en particulier la négociation de l'Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce et la création de l'Organisation internationale du commerce en 1947. Il a travaillé au Département d'État sur les questions commerciales jusqu'en 1958. Il a ensuite passé quelques années à la Fletcher School of Law and Diplomacy.

En 1961, le président des États-Unis, John F. Kennedy, nomma Leddy au poste de secrétaire adjoint au Trésor pour les affaires internationales. Le 2 octobre 1962, le président Kennedy a nommé Leddy ambassadeur des États-Unis auprès de l'Organisation de coopération et de développement économiques. Leddy a occupé ce poste jusqu'au 15 juin 1965. Le président Lyndon B. Johnson l'a nommé secrétaire d'État adjoint aux Affaires européennes en 1965, Leddy exerçant cette fonction du 16 juin 1965 au 19 février 1969.


Département du Trésor des États-Unis

Le 26 janvier 2021, Janet Yellen a prêté serment en tant que 78e secrétaire au Trésor des États-Unis. Économiste de formation, elle a pris ses fonctions après près de cinquante ans dans le milieu universitaire et la fonction publique. Elle est la première personne dans l'histoire américaine à avoir dirigé le Conseil des conseillers économiques de la Maison Blanche, la Réserve fédérale et le Département du Trésor.

Janet Louise Yellen est née à Bay Ridge, Brooklyn en 1946. Sa mère, Anna Ruth, était enseignante au primaire tandis que son père, Julius, travaillait comme médecin de famille, traitant les patients au rez-de-chaussée du brownstone familial.

En 1967, la secrétaire Yellen est diplômée de l'Université Brown et a obtenu son doctorat à Yale. Elle a été professeure adjointe à Harvard jusqu'en 1976, date à laquelle elle a commencé à travailler pour la Réserve fédérale. Là, dans la cafétéria de la Fed, elle a rencontré son collègue économiste, George Akerlof. Janet et George se marieraient plus tard cette année-là. Ils allaient avoir un fils, Robert, maintenant également professeur d'économie.

En 1980, la secrétaire Yellen a rejoint la faculté de l'Université de Californie à Berkeley, où elle est devenue Eugene E. et Catherine M. Trefethen professeur de commerce et professeur d'économie. Elle est professeur émérite à l'université.

La bourse du secrétaire Yellen s'est concentrée sur un éventail de questions relatives au travail et à la macroéconomie. Son travail sur les « salaires d'efficacité » avec son mari George Akerlof a étudié pourquoi les entreprises choisissent souvent de payer plus que le minimum nécessaire pour embaucher des employés. Ces entreprises, ont-ils découvert, prennent souvent une sage décision. Les entreprises qui offrent de meilleurs salaires et conditions de travail ont tendance à être récompensées par un meilleur moral, une rotation réduite et une plus grande productivité.

En 1994, le président Bill Clinton a nommé le Dr. Yellen au Conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale. Trois ans plus tard, il la nomme présidente du Conseil des conseillers économiques de la Maison Blanche.

En 2004, la secrétaire Yellen a commencé son troisième mandat à la Réserve fédérale, cette fois en tant que présidente de la Banque fédérale de réserve de San Francisco. À partir de ce poste, elle a repéré une tendance économique inquiétante – une bulle de la valeur des maisons. Lorsque la bulle immobilière a éclaté en 2008, la secrétaire Yellen a aidé à gérer la crise financière et la récession qui en ont résulté. En 2010, le président Barack Obama a nommé sa vice-présidente de la Réserve fédérale, avant de la nommer pour succéder au président de la Fed Benjamin Bernanke en tant que premier banquier central du pays. Le secrétaire Yellen occuperait le poste de président de la Réserve fédérale de 2014 à 2018.

Le 1er décembre 2020, le président élu de l'époque, Biden, a nommé le Dr Janet Yellen au poste de secrétaire au Trésor. "Elle a consacré sa carrière au chômage et à la dignité du travail", a-t-il déclaré. "Elle comprend ce que cela signifie pour les personnes et leurs communautés lorsqu'elles ont de bons emplois décents."

Avant de servir au département du Trésor, la secrétaire Yellen était Distinguished Fellow in Residence avec le programme d'études économiques de la Brookings Institution. En 2020-2021, elle a été présidente de l'American Economic Association. Elle est membre de l'Académie américaine des arts et des sciences et du Council on Foreign Relations. Elle a également été membre fondatrice du Climate Leadership Council.

La secrétaire Yellen a siégé aux conseils consultatifs du Bloomberg New Economic Forum, du Committee for a Responsible Federal Budget and Fix the Debt Coalition (CRFB) et du Washington Center for Equitable Growth Steering Committee. Elle a été élue à la Yale Corporation en tant qu'ancien boursier en 2000, jusqu'en 2006.

Dr. Yellen has received honorary doctorates from Bard College, Brown, the London School of Economics, NYU, the University of Baltimore, the University of Michigan, the University of Warwick and Yale from which she also received the Wilbur Cross Medal for distinguished achievements in scholarship, teaching, academic administration, and public service.


Here Lies Leddy: Haunted Tales from Euharlee

Euharlee is a small and unassuming town in North Georgia with a history so dark that it left the town haunted for decades.

Life in rural Georgia is typically calm and unassuming.

For hundreds of years, people have sought the solitude and peace of the Northwest Georgia countryside, and with for good reason. The stars are in full view on clear nights and without the noise of a city, it’s ideal for those seeking a simple lifestyle. But much like the rest of the world, Georgia has a long history of darkness and sometimes that darkness leaves something behind.

When driving through, if you blink you may miss the sights of Euharlee, Ga. The city center consists of a mercantile, a tiny courthouse, museum, library and a covered bridge.

Much like the surrounding cities, Euharlee is scarred with the remnants of the Civil War. Union General William T. Sherman’s infamous march through Georgia led him and his 130,000 troops through Cartersville and straight into Euharlee. Trenches and artifacts can be found scattered throughout the area, but Sherman set up camp in the heart of Euharlee on a bit of land now known as Tilley Mill.

Joe and Betty Jane Tilley bought the property in 1994 and as tradition would have it, the name of the mill changed to match the new keepers.

The mill is in ruins now, but the Tilley’s transformed the area into an event space. With the influx of people to witness strange happenings and unexplained phenomena, it was only a matter of time before the passing around of a few unsettling stories.

Claims of supernatural encounters have come from the mill for years and it seems that whoever – or whatever – is around that property wants to make sure that the living know that they aren’t alone.



According to Betty Jane, the Rogers family built the original mill prior to the civil war around 1848. Across the path lies Mount Zion Cemetery, which as old – if not older – than the mill. After purchasing the property, the Tilley’s had the grounds surveyed and Mount Zion cemetery was discovered.

“There are three tombstones there and one of them is a tombstone of Leddy Rogers,” explains Betty Jane.

Later, a friend, who has asked to remain nameless, was sent out by the Genealogical Society of Bartow County to gather information on the cemetery for the county records. Betty Jane says, “he found the Leddy Rogers tombstone and he happened to be by himself. He told us that he usually brings his wife with him. It was a hot August day and he was leaning over to get the information off the tombstone and suddenly a white cloth went across his brow and it got dark. He whirled around but he didn’t see anything. So, he tried straightening up the tombstone and again the same thing happened. It was like a white cloth went across his brow.”

This experience was rattled him, to say the least, but the man did not feel the need to share his experience with the property owners. Betty Jane continues, “Joe had gone over to the cemetery by himself after all of this and the same thing happened to him. He was trying to straighten up the tombstone because the surveyor had come to us and told us that the tombstone had shifted from its original location. All he said was, ‘you need to straighten it up’ and he didn’t tell us anything else. Well, Joe had the same experience, this white cloth went across his brow and he jumped up and got out of there.”

It wasn’t until later when the surveyor was giving a presentation about the cemetery that they discovered both men had shared in this encounter with Leddy Rogers’s tomb.
Betty Jane herself has never experienced anything supernatural at the gravesite and claims that Leddy, “seems to only make her presence known to the men.”

But Leddy isn’t the only being to worry about in those woods.

Local boy scout troops often find their way to Tilley Mill to camp and assist the owners in maintaining the property, including the cemetery and an old bridge that crosses Euharlee Creek. Author Corinna Underwood published a book “Haunted History: Atlanta and North Georgia” after a visit to Tilley Mill and the cover of the book is General Sherman crossing the bridge on that piece of property. Betty Jane recalls Underwood as a ghost enthusiast who, “vowed and declared that our whole location was full of ghosts.”

According to those boy scouts, Underwood may have a true sense about the supernatural. Multiple groups have claimed to hear the rattling of chains under and around the bridge during the night. With the violent history surrounding the area, it’s not surprising that even without their voices, those left behind after the war might still be trying to tell the world their story.




Tilley Mill is not the only haunted place in Euharlee. Perhaps the most haunted area in Euharlee is located in the center of the town.

The Euharlee covered bridge is one of the most well-known spiritually active places in North Georgia. Legends and rumors have been circulating for decades about the ghosts that haunt downtown Euharlee. This town is so small that it doesn’t have a post office or a traffic light and the Christmas parade consists solely of tractors and ATVs. Still, there are stories so dark that driving through the area at night makes some so uncomfortable that they are willing to risk a speeding ticket just to get out of there faster.

The covered bridge was built in 1886 and, like the bridge at Tilley Mill, it was built to provide a crossing over Euharlee Creek, a limb of the Etowah River. Like most tragedies, this one started with a curse. Just a few yards in front of the bridge lies a well. According to legend, a witch was travelling through the area and when she was denied shelter and food from the locals, she cursed the well, the water that fed it and the people of Euharlee.

History has forgotten what exactly the curse was meant to accomplish. However, the violent events that followed would leave a trace.

The legends told are gruesome and are not for the faint of heart, so be warned. Stories tell of a young girl who was abducted, assaulted and then hung from the rafters of the bridge. She leaves behind the sound of a groaning rope as her body sways over the rush of the water below.

Another legend tells of a mother who lost her child and, in her grief, she crafted a noose and hung herself under the bridge. She left her form walking the grounds around the bridge, screaming for her baby.
Some leave behind screams and splashes and some leave laughter and whispers. No one knows the full extent of the damage that witch’s curse brought to Euharlee, but some have an idea. Folks claim that the reason for the paranormal activity in the area is because the witch cursed every soul who drank the water. She cursed them to remain without rest in the small, uneventful town of Euharlee.

There is some evidence to back up that claim. In the early 2000s a paranormal investigation took place on and around the bridge. They heard what the locals heard but they decided to try something to gain some physical evidence. They closed off the bridge and laid down sand end to end. The team, along with some local residents, held a vigil overnight and guarded the bridge from entry. When dawn broke, they approached the bridge to find boot prints, hoof prints and tracks like those from a wagon. An imprint of trapped souls looking for a way out of Euharlee.

Some scary stories are just that, stories. Told around a camp fire or just before bed, these tall tales of misery and spirits trapped in a hellish purgatory are only meant to put us in a temporary state of terror. But there are those times when we see and hear things we wish we could forget we know things that we wish we could erase from our minds so that we may sleep easier or not look over our shoulders when the darkness falls over the foothills of Appalachia. Is Leddy calling for the attention of the living? Is the witch’s well the source of a wicked curse?
Better yet, are you willing to take a trip to Euharlee to find out for yourself?

Slow down a bit when driving through the sleepy town where restless souls seek to speak their truths. They’ll be expecting you.


Don't believe the hype! When DNA testing was first made available for genealogical purposes, some companies boasted how it could solve all your Leddy family tree mysteries. DNA testing can be a useful tool, when applied properly to a given research issue. If you're not sure how DNA testing could aid your Leddy research, read "Using DNA to Find Your Surname".

There is more to exploring your Leddy ancestry than just gathering a bunch of names and dates. Understanding where your ancestors lived, how they were employed, and what they did for fun, may give you a better appreciation of your heritage. Our team of seasoned experts are here to help you learn about different aspects of genealogy. Reading "Estate Records and Files" may help you think of some different tactics to compiling your Leddy family history.

Photo Collections


Vous n'avez fait qu'effleurer la surface de Leddy histoire de famille.

Between 1952 and 2004, in the United States, Leddy life expectancy was at its lowest point in 1957, and highest in 1988. The average life expectancy for Leddy in 1952 was 45, and 68 in 2004.

An unusually short lifespan might indicate that your Leddy ancestors lived in harsh conditions. Une courte durée de vie peut également indiquer des problèmes de santé qui étaient autrefois répandus dans votre famille. Le SSDI est une base de données consultable de plus de 70 millions de noms. Vous pouvez trouver des dates de naissance, des dates de décès, des adresses et plus encore.


Voir la vidéo: TOP 10 BEST Got Talent Singers auditions EVER! With Complete Interview (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Sparke

    Tout à fait d'accord avec elle. Dans ce rien il y a une bonne idée. Prêt à vous soutenir.

  2. Keller

    À mon avis, quelqu'un a déjà dit, mais je ne peux pas partager le lien.

  3. Artegal

    Au lieu de critiquer conseiller la décision du problème.

  4. Makoto

    Bravo, il me semble, est une excellente phrase

  5. Garsone

    Idée bonne, je soutiens.

  6. Rumford

    Vous n'êtes pas l'expert, par hasard?



Écrire un message