Podcasts sur l'histoire

Index des pays : Roumanie

Index des pays : Roumanie


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Pays et territoires

Freedom House évalue l'accès des personnes aux droits politiques et aux libertés civiles dans 210 pays et territoires à travers son rapport annuel Freedom in the World. Les libertés individuelles, allant du droit de vote à la liberté d'expression et à l'égalité devant la loi, peuvent être affectées par des acteurs étatiques ou non étatiques. Cliquez sur un nom de pays ci-dessous pour accéder au rapport narratif complet du pays.

Pays Trier par ordre décroissant Score total et statut Droits politiques Libertés civiles
Abkhazie* 40 Partiellement gratuit 17 23
Afghanistan 27 Pas gratuit 13 14
Albanie 66 Partiellement gratuit 27 39
Algérie 32 Pas gratuit 10 22
Andorre 93 Gratuit 38 55
Angola 31 Pas gratuit 10 21
Antigua-et-Barbuda 85 Gratuit 33 52
Argentine 84 gratuit 35 49
Arménie 55 Partiellement gratuit 22 33
Australie 97 gratuit 40 57
L'Autriche 93 Gratuit 37 56
Azerbaïdjan 10 Pas gratuit 2 8
Bahreïn 12 Pas gratuit 2 10
Bangladesh 39 Partiellement gratuit 15 24
Barbade 95 gratuit 38 57
Biélorussie 11 Pas gratuit 2 9
la Belgique 96 gratuit 39 57
Belize 87 Gratuit 34 53
Bénin 65 Partiellement gratuit 21 44
Bhoutan 61 Partiellement gratuit 30 31
Bolivie 66 Partiellement gratuit 27 39
Bosnie Herzégovine 53 Partiellement gratuit 19 34
Botswana 72 gratuit 28 44
Brésil 74 Gratuit 31 43
Brunéi 28 Pas gratuit 7 21
Bulgarie 78 Gratuit 33 45
Burkina Faso 54 Partiellement gratuit 23 31
Burundi 14 Pas gratuit 4 10
Cap Vert 92 gratuit 38 54
Cambodge 24 Pas gratuit 5 19
Cameroun 16 Pas gratuit 7 9
Canada 98 Gratuit 40 58
République centrafricaine 9 Pas gratuit 3 6
Tchad 17 Pas gratuit 3 14
Chili 93 Gratuit 38 55
Chine 9 Pas gratuit -2 11
Colombie 65 Partiellement gratuit 29 36
Comores 42 Partiellement gratuit 16 26
Costa Rica 91 gratuit 38 53
Crimée* 7 Pas gratuit -2 9
Croatie 85 Gratuit 36 49
Cuba 13 Pas gratuit 1 12
Chypre 94 Gratuit 38 56
République Tchèque 91 gratuit 36 55
Côte d'Ivoire 44 Partiellement gratuit 16 28
République Démocratique du Congo 20 Pas gratuit 5 15
Danemark 97 gratuit 40 57
Djibouti 24 Pas gratuit 5 19
Dominique 93 Gratuit 37 56
République dominicaine 67 Partiellement gratuit 26 41
Donbas oriental* 4 Pas gratuit -1 5
Équateur 67 Partiellement gratuit 27 40
Egypte 18 Pas gratuit 6 12
Le Salvador 63 Partiellement gratuit 30 33
Guinée Équatoriale 5 Pas gratuit 0 5
Érythrée 2 Pas gratuit 1 1
Estonie 94 Gratuit 38 56
Eswatini 19 Pas gratuit 1 18
Ethiopie 22 Pas gratuit 9 13
Fidji 60 Partiellement gratuit 24 36
Finlande 100 gratuit 40 60
La France 90 gratuit 38 52
Gabon 22 Pas gratuit 3 19
Bande de Gaza* 11 Pas gratuit 3 8
Géorgie 60 Partiellement gratuit 23 37
Allemagne 94 Gratuit 39 55
Ghana 82 Gratuit 35 47
Grèce 87 Gratuit 37 50
Grenade 89 Gratuit 37 52
Guatemala 52 Partiellement gratuit 21 31
Guinée 38 Partiellement gratuit 14 24
Guinée-Bissau 44 Partiellement gratuit 17 27
Guyane 73 Gratuit 30 43
Haïti 37 Partiellement gratuit 15 22
Honduras 44 Partiellement gratuit 19 25
Hong Kong* 52 Partiellement gratuit 15 37
Hongrie 69 Partiellement gratuit 26 43
Islande 94 Gratuit 37 57
Inde 67 Partiellement gratuit 34 33
Cachemire indien* 27 Pas gratuit 7 20
Indonésie 59 Partiellement gratuit 30 29
L'Iran 16 Pas gratuit 6 10
Irak 29 Pas gratuit 16 13
Irlande 97 gratuit 39 58
Israël 76 Gratuit 33 43
Italie 90 gratuit 36 54
Jamaïque 80 gratuit 34 46
Japon 96 gratuit 40 56
Jordan 34 Pas gratuit 11 23
Kazakhstan 23 Pas gratuit 5 18
Kenya 48 Partiellement gratuit 19 29
Kiribati 93 Gratuit 37 56
Kosovo 54 Partiellement gratuit 23 31
Koweit 37 Partiellement gratuit 14 23
Kirghizistan 28 Pas gratuit 4 24
Laos 13 Pas gratuit 2 11
Lettonie 89 Gratuit 37 52
Liban 43 Partiellement gratuit 13 30
Lesotho 63 Partiellement gratuit 27 36
Libéria 60 Partiellement gratuit 27 33
Libye 9 Pas gratuit 1 8
Liechtenstein 90 gratuit 33 57
Lituanie 90 gratuit 38 52
Luxembourg 97 gratuit 38 59
Madagascar 60 Partiellement gratuit 27 33
Malawi 66 Partiellement gratuit 29 37
Malaisie 51 Partiellement gratuit 21 30
Maldives 40 Partiellement gratuit 19 21
Mali 33 Pas gratuit 9 24
Malte 90 gratuit 35 55
Iles Marshall 93 Gratuit 38 55
Mauritanie 35 Partiellement gratuit 14 21
Maurice 87 Gratuit 37 50
Mexique 61 Partiellement gratuit 27 34
Micronésie 92 gratuit 37 55
Moldavie 61 Partiellement gratuit 26 35
Monaco 83 Gratuit 26 57
Mongolie 84 gratuit 36 48
Monténégro 63 Partiellement gratuit 24 39
Maroc 37 Partiellement gratuit 13 24
Mozambique 43 Partiellement gratuit 14 29
Birmanie 28 Pas gratuit 13 15
Haut-Karabakh* 35 Partiellement gratuit 16 19
Namibie 77 Gratuit 31 46
Nauru 77 Gratuit 34 43
Népal 56 Partiellement gratuit 25 31
Pays-Bas 98 Gratuit 40 58
Nouvelle-Zélande 99 gratuit 40 59
Nicaragua 30 Pas gratuit 10 20
Niger 48 Partiellement gratuit 20 28
Nigeria 45 Partiellement gratuit 21 24
Corée du Nord 3 Pas gratuit 0 3
Macédoine du Nord 66 Partiellement gratuit 27 39
Chypre du Nord* 78 Gratuit 28 50
Norvège 100 gratuit 40 60
Oman 23 Pas gratuit 6 17
Pakistan 37 Partiellement gratuit 15 22
Cachemire pakistanais* 28 Pas gratuit 9 19
Palaos 92 gratuit 37 55
Panama 83 Gratuit 35 48
Papouasie Nouvelle Guinée 62 Partiellement gratuit 23 39
Paraguay 65 Partiellement gratuit 28 37
Pérou 71 Partiellement gratuit 29 42
Philippines 56 Partiellement gratuit 25 31
Pologne 82 Gratuit 34 48
le Portugal 96 gratuit 39 57
Qatar 25 Pas gratuit 7 18
République du Congo 20 Pas gratuit 2 18
Roumanie 83 Gratuit 35 48
Russie 20 Pas gratuit 5 15
Rwanda 21 Pas gratuit 8 13
Samoa 81 gratuit 30 51
Saint Marin 93 Gratuit 38 55
Arabie Saoudite 7 Pas gratuit 1 6
Sénégal 71 Partiellement gratuit 29 42
Serbie 64 Partiellement gratuit 22 42
les Seychelles 77 Gratuit 34 43
Sierra Leone 65 Partiellement gratuit 28 37
Singapour 48 Partiellement gratuit 19 29
Slovaquie 90 gratuit 37 53
Slovénie 95 gratuit 39 56
Les îles Salomon 79 Gratuit 30 49
Somalie 7 Pas gratuit 1 6
Somaliland* 42 Partiellement gratuit 18 24
Afrique du Sud 79 Gratuit 33 46
Corée du Sud 83 Gratuit 33 50
Ossétie du Sud* 10 Pas gratuit 2 8
Soudan du sud 2 Pas gratuit -2 4
Espagne 90 gratuit 37 53
Sri Lanka 56 Partiellement gratuit 23 33
Saint-Kitts-et-Nevis 89 Gratuit 35 54
Sainte Lucie 91 gratuit 37 54
Saint-Vincent-et-les Grenadines 91 gratuit 36 55
Soudan 17 Pas gratuit 2 15
Surinam 79 Gratuit 34 45
Suède 100 gratuit 40 60
la Suisse 96 gratuit 39 57
Syrie 1 Pas gratuit -3 4
São Tomé et Príncipe 84 gratuit 35 49
Taïwan 94 Gratuit 38 56
Tadjikistan 8 Pas gratuit 0 8
Tanzanie 34 Partiellement gratuit 12 22
Thaïlande 30 Pas gratuit 5 25
Les Bahamas 91 gratuit 38 53
La Gambie 46 Partiellement gratuit 20 26
Tibet* 1 Pas gratuit -2 3
Timor-Leste 72 gratuit 33 39
Aller 43 Partiellement gratuit 15 28
Tonga 79 Gratuit 30 49
Transnistrie* 20 Pas gratuit 8 12
Trinité-et-Tobago 82 Gratuit 33 49
Tunisie 71 Gratuit 32 39
Turquie 32 Pas gratuit 16 16
Turkménistan 2 Pas gratuit 0 2
Tuvalu 93 Gratuit 37 56
Ouganda 34 Pas gratuit 11 23
Ukraine 60 Partiellement gratuit 26 34
Emirats Arabes Unis 17 Pas gratuit 5 12
Royaume-Uni 93 Gratuit 39 54
États Unis 83 Gratuit 32 51
Uruguay 98 Gratuit 40 58
Ouzbékistan 11 Pas gratuit 2 9
Vanuatu 82 Gratuit 33 49
Venezuela 14 Pas gratuit 1 13
Viêt Nam 19 Pas gratuit 3 16
Banque de l'Ouest* 25 Pas gratuit 4 21
Sahara occidental* 4 Pas gratuit -3 7
Yémen 11 Pas gratuit 1 10
Zambie 52 Partiellement gratuit 20 32
Zimbabwe 28 Pas gratuit 11 17

Les statuts globaux de liberté sont calculés sur une échelle pondérée. Voir la méthodologie.


L'histoire de la Roumanie

L'histoire de la Roumanie n'a pas été aussi paisible que sa géographie.
Au fil des siècles, divers migrants ont envahi la Roumanie.
Les provinces historiques de la Roumanie, la Valachie et la Moldavie, ont offert une résistance furieuse aux envahisseurs turcs ottomans.
La Transylvanie fut successivement sous domination habsbourgeoise, ottomane, hongroise ou valaque,
tout en restant une province (semi) autonome.

L'histoire de la Roumanie après la Seconde Guerre mondiale en tant que nation du bloc communiste est plus largement connue, principalement en raison des excès de l'ancien dictateur Nicolae Ceausescu. En décembre 1989, un soulèvement national a conduit à son renversement.
La Constitution de 1991 a rétabli la Roumanie en tant que république avec un système multipartite, une économie de marché et des droits individuels de liberté d'expression, de religion et de propriété privée.

Une partie de l'histoire qui a façonné la Roumanie
L'actuelle Roumanie est habitée depuis le Paléolithique
comme en témoignent les outils en pierre sculptée exhumés là-bas.

10 000 av. J.-C.
Date approximative du premier art connu dans la Roumanie actuelle : les peintures rupestres du nord-ouest de la Transylvanie.

4000 av.
Date approximative de la poterie (datée de l'âge néolithique) que l'on trouve dans toutes les régions de Roumanie.

3000 avant JC
Des tribus thraces d'origine indo-européenne, venues d'Asie, occupaient le territoire actuel de la Roumanie.

2000 av.
Un sous-groupe thrace distinctif a émergé dans ce qui est aujourd'hui la Roumanie.
Les Grecs appelaient ces gens Getae, mais pour les Romains, ils étaient Daces.
Hérodote les a appelés "les plus beaux et les plus courageux des hommes"
parce qu'ils croyaient à l'immortalité de l'âme et n'avaient pas peur de mourir.

700 av.
Les Grecs sont arrivés et se sont installés près de la mer Noire.
Les villes de Histria, Tomis (maintenant Constanta) et Callatis (maintenant Mangalia) ont été établies.
La civilisation de style occidental s'est considérablement développée.

70-44 av.
Le roi dace Burebista contrôlait le territoire de la Roumanie d'aujourd'hui.
Burebista a créé un puissant royaume dace.

100 après JC
La civilisation dace atteint son apogée.

106 après JC
Les Romains conquièrent et colonisent la Dacie (la Roumanie d'aujourd'hui).

106 - 274 après JC
La Dacie est une province de l'Empire romain.
Les Daces adoptent progressivement de nombreux éléments de la langue des conquérants.

271 après JC
Après avoir combattu les Goths barbares, la plupart des troupes romaines abandonnent la Dacie.

4ème siècle
Le christianisme est adopté par le peuple daco-romain, de langue latine.

4e - 9e siècles
Des tribus nomades d'Asie et d'Europe (Goths, Wisigoths, Huns, Slaves) envahissent la Dacie.

896 — fin des années 1100
Les Magyars (Hongrois) envahissent les régions de l'ouest et du centre de la Roumanie actuelle
(Crisana, Banat et Transylvanie).
La population locale - les Roumains - était le seul peuple latin dans la partie orientale de l'ancien Empire romain et le seul peuple latin à appartenir à la foi orthodoxe.
La plus ancienne chronique hongroise existante, "Gesta Hungarorum" ou les actes des Hongrois,
(basé sur des chroniques plus anciennes) documente les batailles entre la population locale en Transylvanie,
dirigé par six dirigeants locaux et les envahisseurs Magyars.

12e siècle
Les colons saxons (allemands) commencent à établir plusieurs villes en Transylvanie. (Les Allemands ont été invités à s'installer en Transylvanie par le roi de Hongrie qui voulait consolider sa position dans le territoire nouvellement occupé).
Les Szeklers - descendants des Huns d'Attila - ont également été amenés dans l'est et le sud-est de la Transylvanie en tant que gardes-frontières.

13ème siècle
La première division formelle de la population roumaine autrefois unifiée. Les principautés de Valachie, de Moldavie et de Transylvanie sont établies. La Transylvanie devient une principauté autonome sous la domination magyare, jusqu'en 1526. Les forces magyares tentent en vain de s'emparer de la Valachie et de la Moldavie.

14e-15e siècles
La Valachie et la Moldavie ont offert une résistance à l'expansion de l'Empire ottoman.

1526
La Transylvanie (principauté semi-autonome) devient soumise à l'autorité ottomane (turque).

16e-17e siècle
Menacées par les Turcs qui ont conquis la Hongrie, les trois provinces roumaines de Valachie, Moldavie et Transylvanie parviennent à conserver leur autonomie en rendant hommage aux Turcs.
La principauté de Transylvanie a prospéré en tant qu'État vassal de l'Empire ottoman.

1600
Valachie, Moldavie et Transylvanie (carte) sont brièvement unis sous Mihai Viteazul (Michael le Brave), prince de Valachie. L'unité n'a duré qu'un an, après quoi Michel le Brave a été vaincu par les Turcs et les Habsbourg. La Transylvanie est passée sous la domination des Habsbourg tandis que la suzeraineté turque a continué en Valachie et en Moldavie.

1699
Transylvanie et Bucovine (petite région au nord de la Moldavie)
sont incorporés dans l'empire des Habsbourg.

1765
La Transylvanie a été déclarée Grande Principauté de Transylvanie,
consolider davantage son statut distinct spécial au sein de l'Empire des Habsbourg.

1821
La Moldavie perd son territoire oriental à l'est de la rivière Prut (également appelée Bessarabie) au profit de la Russie.

1856
Les principautés de Valachie et de Moldavie
- pendant des siècles sous la suzeraineté de l'Empire ottoman turc -
assurer leur autonomie.

1859
Alexandru Ioan Cuza est élu aux trônes de Moldavie et de Valachie.

1862
La Valachie et la Moldavie s'unissent pour former un État national : la Roumanie.

1866
Carol I (née en Allemagne) succède à Alexandru Ioan Cuza, comme prince de Roumanie.

1867
La Transylvanie tombe sous la domination directe de la Hongrie et une forte pression pour
La magyarisation (des noms et de la langue officielle) suit.

1877
Le 9 mai, le parlement roumain a déclaré l'indépendance de la Roumanie de l'Empire ottoman.
Un jour plus tard, l'acte était signé par le prince Carol I.

1881
Royaume de Roumanie officiellement proclamé.

1892
Les chefs des Roumains de Transylvanie envoyèrent un mémorandum à l'empereur austro-hongrois,
François-Joseph exigeant la fin des persécutions et des tentatives de magyarisation.

1914
Le roi Carol I meurt. Il est remplacé par son neveu le roi Ferdinand I (1914-1927).
La Roumanie entre dans la Première Guerre mondiale aux côtés de la Triple Entente visant à reconquérir ses territoires perdus
(partie de la Transylvanie, de la Bessarabie et de la Bucovine).

1918
Lors de grandes assemblées publiques, les représentants de la plupart des villes, villages et communautés locales de Transylvanie, de Bessarabie et de Bucovine déclarent leur union avec la Roumanie.

1930
Carol II, fils de Ferdinand Ier, devient roi de Roumanie et instaure la dictature royale.

1939
L'Allemagne exige un monopole sur les exportations roumaines (principalement du pétrole, du bois et
produits agricoles) en échange de la garantie de ses frontières.

1940
L'Union soviétique annexe la Bessarabie (est de la Roumanie - aujourd'hui République de Moldavie)
et le nord de la Bucovine (NNE Roumanie).
L'Allemagne et l'Italie forcent la Roumanie à céder la Transylvanie du Nord à la Hongrie.
Manifestations généralisées contre le roi Carol II. Le maréchal Ion Antonescu l'oblige à abdiquer
en faveur de son fils Michael, 19 ans. Carol II fuit la Roumanie.

1941
Le maréchal Ion Antonescu impose une dictature militaire.
Afin de reconquérir la Bessarabie, la Roumanie entre dans la Seconde Guerre mondiale contre l'Union soviétique.

1944
Le roi Michel Ier organise un coup d'État royal et arrête le maréchal Ion Antonescu.
La Roumanie rentre en guerre aux côtés des Alliés.

1945
L'accord de Yalta fait de la Roumanie une partie du système soviétique.
Gouvernement dominé par les communistes installé.

1947
Avec des troupes soviétiques sur son territoire, la Roumanie entre dans la sphère d'influence de l'Union soviétique.
Les communistes, qui ont progressivement pris le pouvoir, obligent le roi Michel Ier à abdiquer
et proclamer la Roumanie République populaire.
Le roi Michel quitte le pays et s'installe en Suisse.

années 1950
Après la mort de Staline, la Roumanie commence à prendre ses distances avec Moscou.

1964
La Roumanie déclare son autonomie au sein du bloc communiste.

1967
Nicolae Ceausescu devient président du Conseil d'État, fusionnant la direction de l'État et du parti.

1968
La Roumanie condamne l'invasion de la Tchécoslovaquie par les Soviétiques Varsovie Pacy
Le leader communiste roumain, Nicolae Ceausescu, gagne les éloges et l'aide économique de l'Occident.

1974
La Roumanie a été le premier pays du bloc soviétique à avoir des relations officielles avec la Communauté européenne.
(et signer un traité qui a inclus la Roumanie dans le système de préférences généralisées de la Communauté).

années 1980
Obsédé par le remboursement de la dette nationale et des projets de construction mégalomane, Ceausescu ordonne l'interdiction d'importer tout produit de consommation et ordonne l'exportation de tous les biens produits en Roumanie, à l'exception des fournitures alimentaires minimales. De sévères restrictions des droits civils sont imposées.

1982
La Roumanie appelle l'Union soviétique à se retirer d'Afghanistan.

1987
Ceausescu indique que la Roumanie ne suivra pas les tendances de réforme soviétiques.

1989
Les Roumains s'unissent pour protester contre la direction communiste et les manifestations locales ont déclenché un soulèvement national qui a finalement renversé le dirigeant communiste Nicolae Ceausescu et son cabinet.

1990
Les premières élections libres et multipartites après la Seconde Guerre mondiale ont lieu en Roumanie.

1991
Les Roumains votent pour une nouvelle Constitution.

2004
La Roumanie rejoint l'OTAN (Organisation du Traité de l'Atlantique Nord).

2007
La Roumanie devient membre de l'Union européenne.


Roumanie

La Roumanie se trouve dans le sud-est de l'Europe et est légèrement plus petite que l'Oregon. Les montagnes des Carpates divisent la moitié supérieure de la Roumanie du nord au sud et se connectent près du centre du pays avec les Alpes de Transylvanie, à l'est et à l'ouest. Au nord et à l'ouest de ces chaînes se trouvent le plateau de Transylvanie, et au sud et à l'est se trouvent les plaines de la Moldavie et de la Valachie. Dans ses 190 derniers kilomètres (306 km), le Danube ne traverse que la Roumanie. Il pénètre dans la mer Noire dans le nord de la Dobroudja, juste au sud de la frontière avec l'Ukraine.

Gouvernement
Histoire

La majeure partie de la Roumanie était la province romaine de Dacie d'environ 100 à 271 après JC. Du IIIe au XIIe siècle, des vagues successives de conquérants barbares ont envahi la population daco-romaine indigène. La soumission au premier empire bulgare (8ème ? 10ème siècle) a apporté le christianisme orthodoxe oriental aux Roumains. Au XIe siècle, la Transylvanie fut absorbée par l'empire hongrois. Au XVIe siècle, les principales principautés roumaines de Moldavie et de Valachie étaient devenues des satellites au sein de l'Empire ottoman, bien qu'elles aient conservé une grande indépendance. Après la guerre russo-turque de 1828–1829, ils sont devenus des protectorats russes. La nation est devenue un royaume en 1881 après le Congrès de Berlin.

Au début de la Première Guerre mondiale, la Roumanie a proclamé sa neutralité, mais elle a ensuite rejoint le camp des Alliés et, en 1916, a déclaré la guerre aux puissances centrales. L'armistice du 11 novembre 1918 a donné à la Roumanie de vastes territoires de la Russie et de l'empire austro-hongrois, doublant ainsi sa taille. Les zones acquises comprenaient la Bessarabie, la Transylvanie et la Bucovine. Le Banat, une région hongroise, était divisé avec la Yougoslavie. Le roi Carol II a été couronné en 1930 et a transformé le trône en une dictature royale. En 1938, il a aboli la constitution démocratique de 1923. En 1940, le pays a été réorganisé selon les lignes fascistes et la Garde de Fer fasciste est devenue le noyau du nouveau parti totalitaire. Le 27 juin, l'Union soviétique occupe la Bessarabie et le nord de la Bucovine. Le roi Carol II dissout le parlement, accorde les pleins pouvoirs au nouveau Premier ministre, Ion Antonescu, abdique son trône et part en exil.

La Roumanie a ensuite signé le Pacte de l'Axe le 23 novembre 1940 et, en juin suivant, s'est jointe à l'attaque de l'Allemagne contre l'Union soviétique, réoccupant la Bessarabie. Environ 270 000 Juifs ont été massacrés dans la Roumanie fasciste. Après l'invasion de la Roumanie par l'Armée rouge en août 1944, le roi Michel a mené un coup d'État qui a renversé le gouvernement Antonescu. Un armistice avec l'Union soviétique a été signé à Moscou le 12 septembre 1944. Un bloc gouvernemental dominé par les communistes a remporté les élections en 1946, Michael a abdiqué le 30 décembre 1947 et en 1955 la Roumanie a rejoint l'Organisation du Traité de Varsovie et les Nations Unies .

Dirigeant un État policier néo-stalinien de 1967 à 1989, Nicolae Ceausescu a étroitement enroulé le rideau de fer autour de la Roumanie, transformant un pays modérément prospère en un pays au bord de la famine. Pour rembourser sa dette étrangère de 10 milliards de dollars en 1982, il a saccagé l'économie roumaine de tout ce qui pouvait être exporté, laissant le pays avec une pénurie désespérée de nourriture, de carburant et d'autres produits essentiels. Une rébellion assistée par l'armée en décembre 1989 a conduit au renversement, au procès et à l'exécution de Ceausescu.

Tentative de gouvernement post-communiste

Un ex-communiste, Ion Iliescu du Front de salut national, a été président de 1990-1995. Emil Constantinescu du Parti de la Convention Démocratique a été président de 1996 à 2000. Les tentatives conflictuelles et timides des gouvernements post-communistes pour passer à une économie de marché libre ont été en grande partie non réalisées. L'insatisfaction croissante à l'égard des inefficacités et des politiques économiques du gouvernement a conduit à une vague de protestations des travailleurs, des étudiants et d'autres personnes qui a culminé en 1997, puis à nouveau en 1999. En 2000, l'ancien président Iliescu est revenu au pouvoir avec une victoire écrasante, battant facilement un nationaliste xénophobe. adversaire. La discrimination contre les Magyars (Hongrois ethniques) et les Roms (Tsiganes) se poursuit, alimentée par plusieurs partis politiques ultranationalistes.

La Roumanie a rejoint l'OTAN en 2004. L'année suivante, l'UE a approuvé l'entrée de la Roumanie. L'acceptation définitive dans l'UE reposait sur un certain nombre de réformes, notamment un renforcement de l'application des lois et des mesures environnementales et la protection des droits de la minorité rom. La Roumanie est devenue un membre officiel de l'UE en 2007. À l'époque, le président Traian Basescu a reçu des éloges internationaux pour ses campagnes anti-corruption et pour avoir ouvert la voie à l'adhésion de la Roumanie à l'Union européenne.

Cependant, cet éloge et cette haute opinion du président Traian Basescu n'ont pas duré. En avril 2007, le Parlement a voté la suspension de Basescu, invoquant un abus de pouvoir. La tension montait entre Basescu et le gouvernement du Premier ministre Calin Tariceanu. Le président du Sénat, Nicolae Vacaroiu, a été nommé président par intérim. Lors d'un référendum en mai, 74% de l'électorat a voté contre la destitution de Basescu, et il a été réintégré à la présidence. Les observateurs ont vu dans le vote une approbation du programme de réforme et d'éradication de la corruption de Basescu.

À la suite d'élections générales peu concluantes en novembre 2008, l'économiste et ancien Premier ministre Theodor Stolojan a été invité par le président Basescu à former un nouveau cabinet. Le 15 décembre, Stolojan se retire de la course et Emil Boc est nommé Premier ministre.

Le Parti social-démocrate (PSD) s'est retiré de la coalition au pouvoir en octobre 2009, laissant Boc à la tête d'un gouvernement minoritaire, qui a ensuite perdu un vote de confiance au Parlement. Le député a cité l'échec de Boc à sortir le pays de la récession. En novembre, le Parlement a rejeté le choix du président Traian Basescu comme Premier ministre, Lucian Croitoru, et Boc est resté en poste en tant que par intérim. Basescu a été réélu de justesse lors du second tour des élections de décembre contre Mircea Geoana, des sociaux-démocrates d'opposition, et a demandé à Boc de former un nouveau gouvernement de coalition. Boc a rapidement introduit des coupes budgétaires strictes et s'est engagé à faire face à la crise financière du pays.

Les protestations exigent un nouveau gouvernement

Le 19 janvier 2012, des milliers de manifestants se sont rassemblés à Bucarest. La manifestation est intervenue après une semaine de protestations, qui sont parfois devenues violentes et contre les mesures d'austérité. Les manifestants ont exigé de nouvelles élections et appelé à la démission du président Traian Basescu et du Premier ministre Emil Boc. Tout comme la situation en Espagne et en Grèce, l'économie en difficulté de la Roumanie a frustré nombre de ses citoyens. Cependant, l'incident qui a déclenché les protestations a été la démission de Raed Arafat, un responsable de la santé populaire. Arafat a démissionné plus tôt en janvier suite à une proposition du gouvernement de privatiser en partie le système d'intervention médicale d'urgence du pays. Arafat a été réintégré et les plans de la proposition ont été abandonnés, mais les protestations ont continué. Selon les médias roumains, cinquante-cinq personnes ont été arrêtées et cinq ont été blessées lors de la manifestation du 19 janvier.

En février 2012, après des semaines de manifestations, le Premier ministre Emil Boc a démissionné. Le président Basescu a immédiatement nommé le ministre de la Justice Catalin Predoiu Premier ministre par intérim. Plus tard, Basescu a nommé Mihai-Razvan Ungureanu comme remplaçant permanent de Boc. La nomination d'Ungureanu a été approuvée par le parlement. Ungureanu, ancien ministre des Affaires étrangères et actuel directeur du service de renseignement étranger de la Roumanie, a pris ses fonctions le 9 février 2012. Les manifestations se sont poursuivies jusqu'en février, mais à une plus petite échelle. Les dernières manifestations ont reflété le mécontentement des manifestants à l'égard de leurs salaires, du chômage et de la corruption au sein du gouvernement.

Le Premier ministre Ungureanu a promis de se concentrer sur les réformes et le maintien de la stabilité économique du pays malgré la crise politique actuelle. Cependant, après seulement deux mois et demi, Ungureanu et son cabinet n'ont pas pu passer un vote de défiance. En avril 2012, le président Basescu a nommé Victor Ponta comme nouveau Premier ministre. Ponta est le chef du Parti social-démocrate depuis 2010.

Basescu face au deuxième référendum

Début juillet 2012, le Parlement a voté la destitution du président Basescu. Le Premier ministre Ponta et son Union sociale-libérale ont accusé Basescu d'avoir violé la Constitution et d'être un dictateur. L'accusation est venue même si le Premier ministre roumain a plus de pouvoir que le président. La coalition gouvernementale de Ponta a également licencié les présidents des deux chambres du Parlement, une décision que l'opposition a jugée inconstitutionnelle.

Le 29 juillet 2012, une majorité a voté pour la destitution de Basescu, mais la Cour constitutionnelle a déclaré le référendum invalide en raison du faible taux de participation. Le taux de participation a été de 46 %, juste en dessous des 50 % nécessaires pour valider le vote. Basescu est revenu au pouvoir le 27 août 2012. C'était le deuxième référendum auquel Basescu était confronté. En 2007, 74% des électeurs ont choisi de le maintenir en fonction.

À la suite des élections législatives de décembre 2012, la nouvelle année a amené une alliance au pouvoir de sociaux-démocrates et de libéraux, le président Traian Basescu et le Premier ministre Victor Ponta acceptant de coopérer sur des objectifs communs et de suivre un code de bonnes manières.

Cependant, deux ans plus tard, le 19 juin 2014, Basescu a annoncé qu'il mettait fin à sa présidence en raison d'un scandale de corruption. Son frère cadet, Mircea Basescu, a été accusé d'avoir accepté des pots-de-vin et arrêté. Le scandale et l'annonce de Basescu sont intervenus cinq mois avant les élections présidentielles. Ayant déjà servi deux fois, Basescu n'aurait de toute façon pas été autorisé à se présenter aux élections présidentielles de novembre 2014.

Iohannis devient président dans Election Shocker

Le 16 novembre 2014, Klaus Iohannis a battu le Premier ministre Victor Ponta lors du second tour de l'élection présidentielle. Iohannis a reçu 54,4% des voix et Ponta a reçu 45,6%. C'était une victoire surprise pour Iohannis, maire de Sibiu et chef du Parti national libéral, d'autant plus que Ponta avait été le favori dans les sondages précédant les élections. Auparavant, Iohannis était professeur de physique et inspecteur d'école.

Après sa défaite aux élections présidentielles, Ponta est resté Premier ministre. Il prévoyait de rester à ce poste jusqu'aux élections générales de 2016.

Ponta démissionne après des manifestations contre l'incendie d'une discothèque

Le Premier ministre Ponta a démissionné le 4 novembre 2015, en réponse à une manifestation nationale exigeant des démissions après qu'un incendie dans une discothèque le 30 octobre a tué 32 personnes. Les manifestants sont descendus dans la rue bouleversés par la façon dont les autorités roumaines accordent les permis et inspectent les lieux. On estime que 25 000 manifestants ont défilé à Bucarest. Ponta a pris la responsabilité de l'incendie de la discothèque et a démissionné. Lors d'une conférence de presse, il a déclaré : « Je peux mener n'importe quelle bataille politique, mais je ne peux pas me battre avec le peuple. Ponta avait ignoré tous les appels précédents à sa démission.

Le 5 novembre, l'ancien ministre de l'Éducation Sorin Cimpeanu a pris ses fonctions de Premier ministre par intérim jusqu'à ce que le parlement choisisse un nouveau gouvernement. En quittant ses fonctions, Ponta a fait face à des accusations de contrefaçon, de blanchiment d'argent et de complicité d'évasion fiscale. Les accusations, qu'il a niées, provenaient de ses années de pratique du droit. Le 17 novembre 205, l'ancien ministre de l'Agriculture Dacian Ciolos a pris ses fonctions de Premier ministre après avoir reçu l'approbation du Parlement. Le cabinet Ciolos comprenait vingt et un membres, dont un tiers de femmes.


Une nouvelle enquête de l'UE révèle que près d'un tiers des personnes pensent que la corruption s'aggrave dans leur pays. 44% de plus pensent que cela ne s'améliore pas.


Roumanie

Fond:
L'occupation soviétique après la Seconde Guerre mondiale a conduit à la formation d'une "république populaire" communiste en 1947 et à l'abdication du roi.

Le règne de plusieurs décennies du président Nicolae CEAUSESCU est devenu de plus en plus draconien au cours des années 1980. Il a été renversé et exécuté à la fin de 1989.
Les anciens communistes ont dominé le gouvernement jusqu'en 1996, date à laquelle ils ont été balayés du pouvoir.

De nombreuses restructurations économiques doivent encore être menées avant que la Roumanie puisse réaliser son espoir d'adhérer à l'UE.
(Source : CIA - The World Factbook)

Temps:
Heure locale = UTC +2h (Été +3h)
Temps réel : Ven-Juin-18 12:13

Capitale: Bucuresti (Bucarest pop. 2 millions)

Autres villes: Iasi (350 000), Constanta (344 000), Timisoara (327 000), Cluj-Napoca (334 000), Galati (331 000), Brasov (316 000)

Gouvernement:
Genre : République.
Constitution : 8 décembre 1991, amendée par référendum en octobre 2003.

Géographie:
Localisation : Europe du Sud-Est, bordant la Mer Noire, entre la Bulgarie et l'Ukraine.
Superficie : 238 391 km² (92 043 milles carrés).
Terrain : Se compose principalement de plaines vallonnées et fertiles dans les régions orientales du bassin moyen du Danube et de grandes chaînes de montagnes s'étendant au nord et à l'ouest dans le centre du pays, qui sont collectivement connues sous le nom de Carpates.

Climat: Tempéré-continental, quatre saisons, hivers froids avec des étés ensoleillés et enneigés fréquents.

Personnes:
Nationalité : Roumain(s).
Population : 19,8 millions (2015)
Groupes ethniques : Roumains 88,6 % Hongrois (y compris les Szecklers) 6,5 % Roms (Tsiganes) 3,2 % autres groupes ethniques -1,4 %.
Religions : orthodoxes orientales - 86,7% protestants - 5,2% catholiques romains - 4,7% gréco-catholiques roumains - 0,9%, évangéliques - 0,1% unitariens - 0,3% autres religions - 0,4%.
Langues : roumain (officiel), langues minoritaires : hongrois, allemand, chinois.
Alphabétisation : 98 %.

Ressources naturelles: Pétrole (réserves en baisse), bois, gaz naturel, charbon, minerai de fer, sel, terres arables, hydroélectricité.

Produits agricoles : Blé, maïs, orge, betteraves à sucre, graines de tournesol, pommes de terre, œufs de raisin, mouton.

Les industries: Textiles et chaussures, machines légères et assemblage automobile, exploitation minière, bois, matériaux de construction, métallurgie, produits chimiques, transformation des aliments, raffinage du pétrole.

Exportations - produits : machines et équipements, autres produits manufacturés, produits agricoles et denrées alimentaires, métaux et produits métalliques, produits chimiques, minéraux et combustibles, matières premières

Exportations - partenaires : Allemagne 19,8%, Italie 12,5%, France 6,8%, Hongrie 5,4%, Royaume-Uni 4,4% (2015)

Importations - produits : machines et équipements, autres produits manufacturés, produits chimiques, produits agricoles et alimentaires, combustibles et minéraux, métaux et produits métalliques, matières premières

Importations - partenaires : Allemagne 19,8 %, Italie 10,9 %, Hongrie 8 %, France 5,6 %, Pologne 4,9 %, Chine 4,6 %, Pays-Bas 4 % (2015)

Sites officiels de Roumanie

Missions diplomatiques
Mission roumaine auprès des Nations Unies
Mission permanente de la Roumanie auprès de l'ONU - New York.
Ambassade de Roumanie
Washington DC.
Missions diplomatiques roumaines à l'étranger
Liste d'adresses des missions diplomatiques roumaines à l'étranger.
Missions diplomatiques étrangères en Roumanie
Missions diplomatiques étrangères en Roumanie.

Google Earth Roumanie
Carte consultable et vue satellite de la Roumanie.
Google Earth Bucarest
Carte consultable et vue satellite de la capitale de la Roumanie.
Google Earth Constanta
Carte consultable et vue satellite de Constanta.

Continent:
Carte de la péninsule balkanique
Carte politique des Balkans.
Carte de l'Europe centrale et orientale
Carte politique de l'Europe.
Carte de l'Europe
Carte politique de l'Europe.

Agences de presse
Médiafax
Agence de presse roumaine.

Journaux en ligne
Adevarul
Nouvelles nationales (roumain).
Evenimentul Zilei
Nouvelles roumaines (roumain).
Libertatea
Quotidien roumain (roumain).
Roumanie Libera
Journal roumain (en roumain).
Ziarul de Iasi
Nouvelles nationales (roumain).
Ziua
Informations nationales et internationales (roumain).

National Jurnalul
Quotidien avec une version anglaise.
Neuf heures
Journal quotidien de langue anglaise.

Semaine des affaires de Bucarest
Affaires, Finances et Nouvelles nationales (en roumain).
Capitale
hebdomadaire d'affaires.

Télévision/Radio
Televiziunea Româna - TVR
Roumanie 1 et TVR 2, propriété de l'État (en roumain).

Arts et culture

Ressources culturelles roumaines
Culture en Roumanie - Ressources culturelles roumaines.

Affaires et économie

Transport
Compagnies aériennes
air bleu
Compagnie aérienne low-cost roumaine.
TAROM
TAROM est la compagnie aérienne nationale de Roumanie.

Aéroport
Aéroport international Henri Coanda
L'aéroport international de Bucarest Henri Coanda, l'aéroport le plus fréquenté de Roumanie.

Informations aux consommateurs sur les voyages et les circuits

Destination Roumanie - Guides de voyage et touristiques

Découvrez la Roumanie :
Châteaux et palais : Château de Bran, Château de Corvin, Palais de Cotroceni, Palais de Mogoșoaia, Palais de la Culture, Palais du Parlement, Château de Pelișor, Château de Peleș, Château de Poenari
Monastères et églises:
Biserica Neagră (église noire), monastère de Cozia, monastère de Moldovița, cathédrale patriarcale roumaine, monastère de Putna, monastère de Stavropoleos, cathédrale orthodoxe de Timișoara, monastère de Voroneț,
Hébergement, hôtels, attractions, festivals, événements, offices de tourisme, vélo, ski, randonnée, escalade, croisière, plongée, visites et bien plus encore.

Roumanie
Le site officiel du tourisme de la Roumanie par l'Autorité nationale du tourisme.

Roumanie
Charmante promotion touristique roumaine.

Villes
Bucarest Tourisme
Guide touristique de Bucarest, capitale de la Roumanie.

Éducation

Environnement & Nature

Ministère de l'Environnement et de la Gestion des Eaux
Site officiel du ministère (en roumain).
Institut national de recherche et de développement pour la physique de la Terre
Le NIEP fournit des informations sur les tremblements de terre actuels et passés, des informations sur les risques et la préparation, ainsi que des ressources pédagogiques pour les enseignants et les étudiants.
Garda Nationala de Mediu
Institut national pour la protection de l'environnement (en roumain).

Histoire

Histoire des Roumains
Histoire de la Roumanie et des Roumains, par Ion Calafeteanu.


Contenu

Le mot Roumanie (Roumanie ou Roumanie) vient du mot roumain Romain, qui vient du mot latin Romanus qui signifie "Romain". [12] [13] Les textes anglais utilisaient encore le mot Roumanie pendant la Seconde Guerre mondiale. Cela vient du mot français Roumanie. [14]

La Préhistoire et les Romains Modifier

Certains des restes humains les plus anciens trouvés en Europe ont été découverts en Roumanie. [15] Ils avaient environ 42 000 ans. C'est peut-être à l'époque où les premiers Homo sapiens sont arrivés en Europe. [16] La première et la plus ancienne écriture du monde vient de personnes qui ont vécu dans la Roumanie d'aujourd'hui. Environ 5300 ans avant JC. Selon l'archéologie, il ne s'agit pas de symboles, mais des premières écritures du monde. Il appartenait à la culture Vinča qui habitait toute la Serbie d'aujourd'hui avec plus de 150 sites Vinča et des parties mineures de l'ouest de la Roumanie, du nord-ouest de la Bulgarie, de l'est de la Bosnie-Herzégovine et du sud-est de la Hongrie.

Hérodote dans le quatrième livre des Histoires, écrit vers 440 C.-B./C.-B.. Hérodote a écrit que les Getae ont été vaincus par l'empereur perse Darius le Grand lorsqu'il a combattu les Scythes. [17] Les Getae ont été appelés les Daces par les Romains. C'étaient des Thraces qui vivaient en Dacie, là où se trouvent maintenant la Roumanie, la Moldavie et le nord de la Bulgarie. Les Daces attaquèrent la province romaine, dont la frontière était formée par le Danube, en 87 AD/CE. C'était pendant le règne de l'empereur Domitien. Les Daces ont été vaincus par l'Empire romain sous l'empereur Trajan dans deux batailles qui ont duré de 101 AD/CE jusqu'au 106 AD/CE. [18] L'Empire romain a fait de la Dacie la province de la Dacie romaine.

Beaucoup de minerai, comme l'or et l'argent, ont été trouvés en Dacie romaine. [19] Beaucoup d'or et d'argent ont été trouvés dans les Carpates occidentales. Trajan est retourné à Rome avec 165 tonnes (330 000 livres) d'or et 330 tonnes (660 000 livres) d'argent après sa conquête.

Il y avait beaucoup de Romains vivant dans la province de la Dacie romaine. [20] Ils parlaient latin vulgaire. They began to write the local languages using the Latin alphabet. Writing languages with the Latin alphabet is called romanization. This became the first version of Romanian. [21] [22]

In the 3rd century, the province was attacked by groups of nomadic people like the Goths. They made the Roman Empire leave Dacia about 271 AD/CE. This became the Roman Empire's first abandoned province. [23] [24]

The origin of modern Romanians is widely talked about by historians to this day. It is thought that the Romanians were formed from large ethnic groups that came from both the south and north parts of the Danube. [25]

Dark Ages and Middle Ages Edit

From 271 to 275, the Goths took over the abandoned Roman province. [26] They lived in Dacia until the 4th century, when another group of wandering peoples, the Huns, came to Dacia. [27] The Gepids, [28] [29] Avars, with the Slavic people, [30] were in control of Transylvania through the 8th century. In the 8th century, however, the country was taken over by the Hungarian Empire. [28] It was made part of the First Bulgarian Empire, which ended Romania's Dark Ages.

The Bulgarians held Transylvania until the 11th century. The Pechenegs, [31] the Cumans, [32] and the Uzes were a few of the people later noted in the history of Romania.

In 1310, now called the High Middle Ages, Basarab I started the Romanian principality of Wallachia. [33] Moldavia was begun by Dragoş around 1352. [34] During the Middle Ages, Romanians were living in three different areas: Wallachia (Romanian: Ţara Românească—"Romanian Land"), Moldavia (Romanian: Moldova), and Transylvania.

Transylvania belonged to the Kingdom of Hungary from around the 10th century until the 16th century, [35] when it turned into the Principality of Transylvania. [36] This lasted until 1711. [37] Wallachia had been on the border of the Ottoman Empire since the 14th century. As the Ottoman Empire's influence grew, it gradually fell under the suzerainty (control) of the Ottoman Empire in the 15th century.

The best known ruler of this period was Vlad III the Impaler, also known as Vlad Dracula, or Vlad Ţepeş , API : ['tsepeʃ] , Prince of Wallachia, during the years of 1448, 1456–62, and 1476. [38] [39] While he was the leader of his people, he had an agreement with the Ottoman Empire to stay independent. Many people in Romania during this time thought of him as a ruler with a great sense of justice [40] and defense for his country.

Moldavia was at its greatest when Stephen the Great was ruling between 1457 and 1504. [41] He was a great military leader, winning 47 battles and losing only 2. [42] After every battle he won, Stephen would build a church. Because he won 47 of the battles that he fought, he ended up building 48 churches. [43] After Stephen the Great's death, Moldavia came under the suzerainty of the Ottoman Empire during the 16th century.

Independence and monarchy Edit

When Transylvania was the organic part of the Austro-Hungarian Empire, and the Ottoman Empire was in control of Wallachia and Moldavia, almost all of the Romanians had limited rights as a citizen. [44] They stayed this way even when they made up most of the people in those areas. [45] [46]

After Wallachian Revolution of 1821 as in the 1830s was addressed nationalists thoughts and feelings into Romania and became called "National awakening of Romania'"'. Even then adopted a 3-colored flag, blue-yellow-red, which was later to become a Flag of Romania.

After the even more violent Revolution of 1848 did not succeed, so explained the Great Powers did not like the idea of Romania becoming a free nation and it was not a real possibility.

The people who voted in 1859 in Moldavia and Wallachia picked the same person – Alexandru Ioan Cuza – to be the prince in those areas. [47] He managed to unite the people and nationalism was seen as a useful method.

Alexandru Ioan Cuza walked with cautious steps he was not proclaiming a declaration of independence immediately because he knew it would bring a new war. Instead he let Moldavia and Wallachia merged in the United Principalities of the Ottoman Empire and increasing self-government to a greater degree.

The new union was at the front of today's Romania. With cautious steps we freed itself more and Bucharest was established as the capital. However, farmers had more land when serfdom was abolished, which led to a coup d'état against the Alexandru Ioan Cuza staged by peasants who overthrew the regime.

Prince Karl of Hohenzollern-Sigmaringen became the new leader, and was later called Prince Carol I of Romania. While the Russo-Turkish War was happening, Romania battled on the Russian side. [48] When the Treaty of Berlin of 1878 [49] was signed, the Great Powers made Romania an independent state. [50] In return, they had to give Russia three of their southern districts of Bessarabia. In 1881, the principality became a kingdom, with Prince Carol ruling as King Carol I.

The World Wars and the Great Leaders Edit

Première Guerre mondiale Modifier

When World War I started in August of 1914, Romania said it was a neutral country. In 1916, the Allies promised to give Romania parts of the Austro-Hungarian Empire where many Romanians lived, if Romania started a war against Austria-Hungary. [51]

The Romanian military campaign ended in disaster after Romania's forces were stopped in 1917. Many died. Moldova was one of the few parts of Romania that was not captured when it stopped its attackers in 1917. The Allies won the war, Austria-Hungary had been weakened, and an independent Hungarian republic was proclaimed. As promised, Bessarabia, Bukovina and Transylvania became part of the Kingdom of Romania in 1918. After the Treaty of Trianon in 1920, Hungary, as agreed, gave up the claims of the Austro-Hungarian Monarchy over Transylvania. [52] Romania and Bukovina were joined together in 1919 as a result of the Treaty of Saint Germain. [53] Bessarabia joined with Romania in 1920 when the Treaty of Paris was signed. [54]

Greater Romania Edit

After World War I was much bigger and more nationalist. The small Kingdom received ("major Transylvania"). The principalities Wallachia, Moldavia and Bessarabia (Moldova) together formed the "Greater Romania" 1918-1940. "Greater Romania" did not survive World War II.

Romanians called their country România Mare, meaning Great Romania ou Greater Romania, in the time between World War I and World War II. They called it so because it controlled 300,000 square kilometres (115,831 sq mi) [55] of land.

The Great Depression meant social unrest, high unemployment, strikes and riots, especially a miners' strike in 1929 in Valea Jiului and a strike in Griviţas maintenance workshops. By the mid-1930s, with a recovering Romanian economy, industry grew, although about 80% of Romanians still were engaged in agriculture.

Iron Guard Edit

In end of 1930s, Romania's liberal democracy was slowly being replaced by the fascist dictatorship. The Archangel Michael Legion, known as the Iron Guard organization, was led by Corneliu Codreanu Zelea. In 1937 elections the party supported Adolf Hitler and Nazism and got 15.5% of the votes and became the third biggest party. In 1938 king Carol II of Romania seized power over Romania. He dissolved all political parties and executed Corneliu Codreanu Zelea along with 12 other leaders.

Seconde Guerre mondiale Modifier

Carol II of Romania declared the country as neutral when World War II broke out in 1939, but included since the Soviet Union occupied Bessarabia and northern Bukovina an alliance with Hitler's Germany. This occurred after field marshal Ion Antonescu forced the authoritarian Carol II of Romania to abdicate. Antonescu appointed himself "conducator", Romania's dictator, and signed at the November 23 of 1940 three-powers pact with Nazi Germany. Hitler's Germany was dependent on a continuous importation of fuel and crude oil from the Romanian oil fields of Ploesti. In 1940, yjr Kingdom of Hungary took over the legitimate domination in Northern Transylvania to the end of the World War II.

The country's troops fought together with the German Wehrmacht against the Soviet Union. In summer of 1941, Romania join Hitler's war against the Soviet Union in combination also Finland, Slovakia and Hungary join Hitlers war. Romania built concentration camps and began conducting a massive persecution of Jews, of which became very extreme in the city of Iasi.

Holocaust in Romania Edit

Romania participated in the Holocaust. The author of the book "The Destruction of the European Jews" Raul Hilberg writes follow: "There was / . / moment when the Germans actually had to intervene and slow the speed with which the Romanian measures were taken." The hunt for Jews in eastern Romania (including Bessarabia, Bukovina, Transnistria and the city of Iasi) had more the character of pogroms than the German, well-organized camps and transport.

There were pogroms in the city of Iasi. The homes for the Jewish minority in Iasi were marked with crosses. On June 27, 1941, Ion Antonescu make a phone call with the city's mayor and Antonescu said into the phone: "clean the city Iasi from the Jews." And the Holocaust in Romania has began. Police officers and many civilians went to every Jewish home marked with a cross in the town and murdered thousands of Jews on the same day.

In June 1941, the Romanian dictator Ion Antonescu gave an "illegal secret order" to the special police force. He ordered the police in cooperation with the Romanian Army and the German SS troops to kill all Jews in east Romania within the next coming years. The Jews living on the countryside was being killed right on the spot. The Jews in the cities were first collected in the ghettos and later deported away.

On October 22, 1941 the Soviet union with bombs blow up the Romanian military headquarters in Odessa, and killed 66 Romanian soldiers. As revenge Ion Antonescu decided that for every dead Romanian officer, 200 Soviet communists must be killed and for each dead soldier, 100 communists must be killed. All other Communists were imprisoned and Jewish families were taken hostage in the hope that the partisan movement would cease its operations. [56] [57]

The day after in Bucharest, on October 23, 1941, around 5 000 people and the majority were Jews was arrested who later executed by hanging. In the Soviet village Dalnik, almost 20,000 Jews were incarcerated in to several locked buildings and burned alive. [56] [57]

After the massacre, many of the Jews who remained in Odessa were sent to various concentration camps. Nearby Odessa on October 25, 1941, approximately 40,000 Jews, was gathering together on a special closed military secured area, and the Jews had to stay outdoors for more than ten days without food or supply. Many died of cold and starvation. The survivors were murdered one month later. [56] [57]

Totally approximately 469,000 Jews had been murdered by the military and police in Romania between 1941-1944, including the 325,000 murdered Jews in Bessarabia and Bukovina.

End of war Edit

At the end of 1943, the Red Army liberated most of Soviet territory and started advancing westward from its borders to defeat Nazi Germany and its allies. It was in this context that the Soviet forces crossed Romania. If the Soviet Union could hit Romania, Nazi Germany's last hope is gone, said the military leadership of the Red Army. Russians deposited the entire 1.5 million soldiers in the attack against Romania and Romania last reserves consisting only of 138 000 soldiers. During the summer of 1944 it began the attack on Bessarabia (Moldova) and the Romanian army fled the area. On 2 August, the whole Bessarabia (Moldova) is captured by the Red Army. The Russians then went a long way in Romania and on 23 August they reached into the Romanian capital Bucharest. The public opinion turned in the country against Antonescu and of summer 1944 he was deposed and imprisoned. The new government signed a ceasefire and extradited itself to the Soviet Union. The Red Army killed the members from the old fascist regime (including Ion Antonescu) on June 1, 1946.

At the end of the war, Romania was allowed to keep the whole of Transylvania in west and Dobruja from south, but lost Bessarabia/Transnistria and Odessa Oblast in the east (with rich oil reserves) which became parts of the Soviet Union. Bukovina was split in half because in the north part the majority ethnic group was Ukrainian and in the south part Romanian.

The Soviet Union replaced the royal monarchy with a communist regime in 1947. The Soviet Union took the country's resources, which led to increased poverty in Romania.

Romania and communism Edit

Michael I abdicated the throne and had to leave Romania in 1947 because of the Communists. Romania changed from a monarchy into a republic. [58] [59] The USSR occupied Romania until the late 1950s, when Soviet troops left Romania. During this time, resources in Romania were taken by the Soviet Union due to agreements made by Communist leaders.

After the Soviet troops left Romania, Nicolae Ceauşescu wanted Romania to become more independent from Moscow. Romania started following slightly different foreign policies than Moscow. After the Six-Day War in 1967, Romania began talks with Israel and started relations with the Federal Republic of Germany. [60] Romania started to have their own relations with Arab countries. Romania officials were allowed to participate in peace talks between Israel and Egypt and between Israel and the Palestine Liberation Organization. [61]

The national debt Romania owed to other countries went from $3 billion to almost $10 billion between 1977 and 1981. [62] The amount of money that Romania owed other countries caused them to rely on banks and other lenders from around the world. President Nicolae Ceauşescu's autarchic ways meant he did not want to rely on other countries and Romania paid back money borrowed from other countries. This affected the Romanian economy. To try to stay in power, Ceauşescu had anyone who disagreed with him arrested and put in prison. [63] Many people were killed or hurt. Almost 60,000 people were put in psychiatric hospitals. [64] [65] Ceauşescu eventually lost power and was killed in the Romanian Revolution of 1989.

1989 to 2007 Edit

In 1989, the National Salvation Front came into power. It was led by Ion Iliescu. When they came into power, several other parties from before World War II were remade. These included the Christian-Democratic National Peasants' Party, the National Liberal Party and the Romanian Social Democrat Party. In April 1990, as a result of several rallies , protests started. The people who protested did not recognize the results of the election. This was because they thought that members of the National Salvation Front were communists. More and more people protested, and it became a demonstration – a very big protest. This was called the Golaniad, and it became very violent.

When the National Salvation Front lost power, several other parties were made. These were the Social Democratic Party, the Democratic Party, and a couple of other parties from before the war. The Social Democratic Party ruled Romania from 1990 until 1996. Ion Iliescu was the head of state, or person in charge. After 1996, several other parties came into power and lost it. In 2004, Traian Băsescu became the president.

After the Cold War, Romania became closer friends with Western Europe. In 2004, Romania joined NATO and hosted the 2008 summit. [66] The country applied in June 1993 for membership in the European Union and became an Associated State of the EU in 1995, an Acceding Country in 2004, and a member on January 1, 2007. [67]


President: Klaus Iohannis

Provincial mayor Klaus Iohannis inflicted a shock defeat on Prime Minister Victor Ponta in a presidential election run-off in November 2014.

Mr Ponta was leading in the opinion polls and had beaten Mr Iohannis, the centre-right mayor of the city of Sibiu in Transylvania, in the first round of voting.

But Mr Iohannis, who campaigned on an anti-corruption platform, won a decisive victory on a record turn-out, and was re-elected in 2019.

Prime minister (acting): Nicolae-Ionel Ciuca

Defence Minister Ciuca was appointed acting prime minister in December 2020, on the resignation of Ludovic Orban over poorer-than-expected election results.

A former army chief of staff, Mr Ciuca has little political experience but is a close ally of President Iohannis.The centrist and pro-European National Liberal Party took office in November 2019 after the divided and scandal-ridden Social Democratic government lost a parliamentary confidence vote, but struggled to form a coalition among parties that shared little but opposition to the Social Democrats.

The December 2020 elections saw a strong showing by the Social Democrats and the far-right Alliance for the Unity of Romanians.


ON THE INDUSTRIAL HISTORY OF ROMANIA

Romania’s economic history was shaped by the tensions between its extremely passionate striving toward self-sufficiency and the dominance of foreign powers. As in all countries of south-eastern Europe, it was not until the end of the 19th century that modest industrialisation took off, even though Romania possessed major deposits of raw materials (mainly petroleum but coal and iron ore as well). What the country lacked most was investment capital, as the fertile agricultural land was controlled by large landowners who lived – and spent the considerable proceeds from maize and wheat exports - abroad.

After Romania was recognised as an independent state in 1878, the government worked to encourage the growth of industry. Up until World War I, typical “entry-level” industries such as food production, textile manufacturing and wood- and metal working emerged, but the strongest growth occurred in the area of oil production. In the region of Ploieʂti, where the first well went into production in 1858, more drilling rigs were built, and new oil fields were opened up on the southern and eastern slopes of the Carpathian Mountains. Even then, politicians preached self-sufficiency through such nationalistic slogans as “we by ourselves”, but foreign capital and know-how remained essential. The first railway lines were also built with the aid of foreign investment. After the opening of the Danube bridge at Cernavodă in 1895, the Orient Express ran from Vienna via Bucharest to Constanţa on the Black Sea, from whence ships departed for Constantinople (today Istanbul). Branch lines extended from the capital to Transylvania and northward along the arc of the Carpathians to Galicia, both of which still belonged to Austria-Hungary. New canals facilitated shipping on the Danube.

The peace treaties following World War I granted Romania large territories, some of which were already industrially developed. Mines in Banat and Transylvania produced coal and ore, while Reʂita and Arad were centres of locomotive and railway carriage manufacturing. Still, there were nowhere near enough jobs for the countless numbers of the rural unemployed. The government broke up the large agricultural estates, but failed to revitalise agriculture in that it extended no credit to farmers, and even imposed export tariffs on grain to promote domestic industry. Textile production, petrochemicals and the machinery sector expanded, and an aircraft factory even opened in Braʂow in 1925, but foreign debt continued to increase. In the course of the 1930s, Romania became increasingly dependent on Nazi Germany.

The country made the decisive transition to an industrial nation following World War II. In line with Soviet directives, all private enterprises were nationalised by 1948. This was followed by the centrally planned development of a huge heavy industry sector: giant oil refineries and power stations, steel plants, chemical and machinery combines were created from the ground up. Rural unemployment faded to nothing and industrial production exploded. The infrastructure was expanded as well: the Danube bridge between Giurgiu and Russe in Bulgaria opened in 1954. However, the massive Black Sea-Danube canal project was halted midway, and not completed until 1984.

As in all socialist countries, this breath-taking pace of industrialisation was achieved at the expense of a stagnating agricultural sector and a drastically curtailed production of consumer goods. Additionally, this growth was extensive in nature, based on the increasing consumption of energy, raw materials and labour. Toward the end of the 1960s, the government attempted to correct its course, placing greater emphasis on more technically sophisticated industries and cooperation with western businesses: the Dacia automotive plant in Piteʂti has been manufacturing cars since 1968 under license from Renault aircraft production was expanded in cooperation with Russian, and also British and French companies and at the end of the 1970s, Romania was even exporting offshore drilling rigs. In the spirit of self-sufficiency, industries produced a wide range of petroleum derivatives, as well as pharmaceuticals, locomotives and electronic components, but structural problems such as high energy consumption and low return on investment remained unresolved until the collapse of the Soviet bloc. Romania was ultimately forced to import basic raw materials such as crude oil and iron ore at great expense to keep its oversized industrial operations running, and in the 1980s the former “breadbasket of eastern Europe” was no longer able to feed even its own people.


How to play Romania Regions Puzzle.

There is the outline of Romania to the right. The historical provinces and regions are situated to the left. Drag and drop the selected region to its correct place on Romania map. Selected piece show the coat of arms of the region. Sort all 9 regions correctly to win the game.

Knowledge Achievements:
Know at least 3 Romanian Regions and get +1 Knowledge Level .
Difficulty: Easy.

Class subject: Romania Historical Regions.

1. Banat: since 1918 divided between Romania, Kingdom of Serbs, Croats and Slovenes (today Serbia) and Hungary.

2. Crisana: the region bordered by the rivers Mures and Somes and the Apuseni Mountains following the declaration of the union in 1918.

3. Maramures: the mountainous northwestern region following the declaration of the union in 1918.
Between 1918-1920, during the Revolutions and interventions in Hungary the Hungarian Romanian War effected also part of these territories until the final resolution of state affairs by the Paris Peace Conference.

4. Transylvania: (the term sometimes encompasses not only Transylvania proper, but also part of the historical regions of Crisana, Maramures, and Banat. The new borders were set by the Treaty of Trianon in 1920 between the respective states).

5. Oltenia (Lesser Wallachia): the territory between the rivers Danube and Olt and the Southern Carpathian became part of the Principality of Wallachia in the early 14th century.

6. Wallachia: Muntenia (Greater Wallachia): part of Wallachia (which united with Moldavia in 1859 to create modern Romania).

7. Dobruja (Northern Dobruja): in Romania since 1878 (excepting some Danubian islands and the Snake Island which were incorporated in the USSR in 1948, and became part of Ukraine since 1991).

8. Moldavia (Western Moldavia): part of Moldavia (which united with Wallachia in 1859 to create modern Romania).

9. Bukovina: in Romania between 1918 and World War II, today divided between Romania and Ukraine.


Voir la vidéo: Carlas Dreams x EMAA - N-aud. Official Video (Mai 2022).